La relance du nucléaire de Macron ne tient pas

Nucléaire : Macron marche sur la tête

Maintenant que Macron est réélu, est-ce que ses aspirations pour le nucléaire tiennent la route ?

Sur le site de General Electric le 10 février, le président de la République avait annoncé son souhait de construire six réacteurs EPR2, avec un début du premier chantier en 2028, pour une mise en service de la première paire « à l’horizon 2035 ». Il a également demandé que soient lancées les études pour huit réacteurs supplémentaires. Au total, en comptant les petits réacteurs SMR, dont le Président souhaite la construction d’un premier prototype « d’ici 2030 », l’objectif est de mettre en service 25 GW de nouvelles capacités nucléaires d’ici 2050. Concernant le parc nucléaire existant, il aspire à « prolonger tous les réacteurs nucléaires qui peuvent l’être » au-delà de cinquante ans.

En fait, il nie l’objectif de fermeture de 12 réacteurs nucléaires d’ici 2035, inscrit dans la PPE.

Il est surtout temps de penser à la faisabilité de ce plan de relance.

Ce mois de mai 2022, nous atteignons un nombre record de réacteurs à l’arrêt. Sur les 56 réacteurs en exploitation, 29 sont actuellement à l’arrêt, à savoir plus de la moitié de la capacité installée du parc français. Plusieurs éléments expliquent cette situation et pourquoi le plan de relance du nucléaire ne tient pas : Vieillissement, problèmes techniques, conditions climatiques.

Nos centrales sont vieilles. Les 32 réacteurs les plus anciens du parc doivent effectuer leur « visite des 40 ans » et au plus ils sont vieux, au plus ce sera compliqué. Selon l’ASN, rien ne garantit qu’une prolongation au-delà de 50 ans est possible. Bernard Doroszczuk, lors d’une audition organisée par l’Opecst le 17 mai, estime qu’aller encore plus loin devra impliquer une instruction du dossier « par anticipation, d’au moins dix à quinze ans […], c’est-à-dire d’ici 2030. Prolonger les centrales « présente le risque d’engager le système électrique dans une impasse, dans le cas où le nombre de réacteurs aptes à fonctionner jusqu’à, ou au-delà de, 60 ans serait insuffisant ou connu que tardivement », a prévenu le président de l’Autorité de sûreté nucléaire.

L’Autorité de sûreté nucléaire nous avertit également que la relance du nucléaire entraînerait « forcément une extension de Cigéo ». La construction de nouveaux EPR et/ou la prolongation de certains réacteurs au-delà de 50 ans, telles qu’annoncées par Emmanuel Macron, rend la question des déchets non gérés encore plus difficile.

Des corrosions sur les tuyauteries : un problème générique des réacteurs « francisés »

Les réacteurs 1 300 MW sont fortement par des corrosions sous contrainte et les réacteurs de 1 450 MW de Chooz et Civaux le sont davantage. Ce problème de « corrosion sous contrainte » sur des tuyauteries du circuit d’injection de sécurité – ce système de sauvegarde permet d’injecter de l’eau dans le circuit primaire principal pour refroidir le cœur du réacteur en cas d’accident. Ce phénomène pose donc des problèmes de sécurité d’approvisionnement en électricité, mais aussi de sûreté. Les réacteurs de 900 MW, qui ont été conçus à partir du modèle du groupe américain Westinghouse, sont eux relativement épargnés. Les analyses privilégient « une cause prépondérante, qui est liée à la géométrie des lignes de tuyauteries ». Nous avons ainsi un problème de série dans nos réacteurs français. Depuis l’identification du phénomène de corrosion, EDF a stoppé ou prolongé l’arrêt de 12 réacteurs (4 de 1 450 MW, 5 de 1 300 MW et 3 de 900 MW). Le groupe a remis le 13 mai à l’ASN sa stratégie de contrôle de l’ensemble du parc qui sera ajustée en fonction des résultats des expertises et visites prévues d’ici fin juin. De nouveaux réacteurs pourraient ainsi être arrêtés « par précaution ».

La question des problèmes de corrosion sur les réacteurs français est-t-elle nouvelle ? Thierry Gadault, journaliste d’investigation indépendant, a publié ce jour un article dans le journal Reporterre où il affirme le contraire. Bien que le fameux fournisseur d’électricité français, EDF, décrit ces problèmes de corrosion comme un phénomène « inédit », l’un des premiers incidents de corrosion sous contrainte est déjà connu depuis 1984, au sein de la centrale nucléaire de Bugey, seulement cinq ans après sa mise en service…

Les pro-nucléaires fredonnent partout le refrain d’une énergie décarbonnée, mais ils oublient le couplet sur la vulnérabilité du nucléaire au réchauffement climatique, qui entraine des niveaux exceptionnellement bas des fleuves, température des eaux de rivières en forte hausse, et prolifération d’algues génératrice de cyanobactéries. Les périodes de sécheresse deviennent de plus en plus longues et fréquentes. Cette année, la sécheresse a déjà provoqué début du mois de mai le ralentissement d’un des quatre réacteurs de la centrale de Blayais, en Gironde.

Au niveau européen, Macron a reçu un coup dur dernièrement. Après l’Autriche et le Luxembourg, c’est l’Allemagne qui affirme son opposition à l’inclusion du gaz et du nucléaire comme « investissement vert ». Le nucléaire n’est pas une énergie verte : les mines d’uranium comme les déchets radioactifs peuvent polluer le sol et les eaux sur des centaines de milliers d’années. Pour sauver notre sécurité d’approvisionnement et préserver notre sûreté, il faut sortir du parc nucléaire toujours plus défaillant.

Articles similaires :

Commenter

Protected by WP Anti Spam
Par Michèle Rivasi

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter