ZOOM sur le rapport “Nucléaire européen : Impact sur le climat” du Nuclear Consulting Group

Les événements extrêmes rares d’aujourd’hui devenant la norme à l’avenir, les mesures existantes d’atténuation des risques deviennent de plus en plus obsolètes. La prétention du nucléaire à produire de l’électricité de manière durable s’inscrit dans un contexte beaucoup plus large : les infrastructures nucléaires côtières et intérieures seront parmi les premières et les plus importantes victimes de l’accélération de l’impact climatique.
L’infrastructure nucléaire civile n’est absolument pas préparée à l’impact climatique et il y a une très forte probabilité que les réacteurs et les entrepôts radioactifs sur site qui leur sont associés soient détruits. Il y a une très forte probabilité que les réacteurs et les stocks radioactifs associés sur le site deviennent inutilisables.

En raison de l’accélération de l’élévation du niveau de la mer induite par le climat, des tempêtes, des ondes de tempête, des précipitations violentes et de l’augmentation du débit des rivières, les risques de l’énergie nucléaire liés à l’élévation du niveau de la mer et aux événements climatiques extrêmes ne seront pas linéaires, car ils ne sont pas prévisibles.

Par conséquent, les efforts déployés par l’industrie nucléaire et les organismes de réglementation pour atténuer le risque climatique entraîneront une augmentation significative et insoutenable des dépenses liées à la construction, à l’exploitation, à la gestion des déchets, au déclassement, voire à la relocalisation ou à l’abandon des centrales nucléaires.

En ce sens, il est essentiel que le risque climatique futur pour le nucléaire soit réévalué de manière transparente. Ce faisant, il faut prendre en compte les prévisions modélisées évolutives de l’impact du changement climatique saisonnier, décennal et futur sur l’infrastructure nucléaire – y compris l’évolution rapide potentielle des événements extrêmes, les interactions brutales et les rétroactions.

En outre, des évaluations complètes des risques pour la réglementation et l’industrie nucléaire, basées sur des scénarios “tous risques”, devraient être publiées et régulièrement mises à jour à mesure que les preuves scientifiques fondamentales de l’impact du climat évoluent. Une telle approche doit inclure les coûts de toute mesure d’atténuation et une série de plans d’urgence pour l’apparition rapide de phénomènes météorologiques violents liés au climat.

Ainsi, l’argument de la durabilité du nucléaire s’inscrit dans un tableau beaucoup plus large : l’infrastructure nucléaire côtière et intérieure sera l’une des premières et des plus importantes victimes de l’accélération de l’impact climatique – ce qui implique fortement que le nucléaire ne devrait pas être inclus dans la taxonomie du financement durable de la Commission européenne.

Commenter

Protected by WP Anti Spam
Par Michèle Rivasi

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter