EPR de Taishan : un examen approfondi et transparent des EPR par EDF

En Chine, un incident sur un réacteur nucléaire EPR à Taishan a été repéré. L’information a été donnée lundi 14 juin par la chaîne américaine CNN : une « augmentation de la concentration de gaz rares » a été constatée dans le circuit primaire du réacteur 1 de la centrale EPR de Taishan. L’EPR de Taishan est le premier EPR à avoir été couplé à un réseau électrique (le 29 juin 2018) et est situé dans un rayon de 100 à 150 km par rapport aux villes de Canton et de Hongkong.

Réaction de Michèle Rivasi, eurodéputée et co-fondatrice de la Criirad:

Cette situation doit être suivie avec vigilance tant sur le plan de la sûreté que de la radioprotection pour les travailleurs du site et les habitants de cette région. En effet, l’augmentation de la quantité de gaz rares radioactifs dissous dans l’eau du circuit primaire d’un réacteur peut indiquer une dégradation des gaines des crayons contenant le combustible radioactif. Cette situation doit conduire normalement à l’arrêt du réacteur pour extraire les combustibles défectueux avant que la contamination du circuit primaire ne soit trop importante. 

EDF ne peut continuer ses projets d’EPR sans faire la lumière sur les raisons de cette fuite: s’agit-il d’un problème de conception du réacteur ou de défauts de fabrication du combustible ? L’EPR de Taishan est le premier EPR à fonctionner au monde et il a été conçu et construit par EDF, actionnaire à 30%. EDF se veut rassurant en indiquant que ces rejets étaient “maîtrisés”. Un incident maîtrisé ne veut pas dire que la situation est normale ni qu’il est prévu dans le fonctionnement du réacteur.Il faut tirer toutes les leçons de ce premier EPR. Cela est nécessaire avant la poursuite de la construction des EPR en France, mais aussi en Finlande ou au Royaume-Uni.

Crédits photo : CGN

Articles similaires :

Commenter

Protected by WP Anti Spam
Par Michèle Rivasi

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter