Uranium au Niger : soutenir les actions de l’ONG AGHIRIN’MAN

Bien que les industriels du nucléaire nous parlent d’une énergie propre pour vendre le nucléaire, cette conception est erronée.

Le nucléaire rejette bien des gaz à effet de serre et à chaque étape du processus de production, il produit de grandes quantités de déchets radioactifs dont le confinement n’est pas assuré.

De plus, produire de l’énergie nucléaire nécessite un combustible acquis au prix d’une activité destructrice : l’exploitation minière d’uranium. Celle-ci peut avoir des conséquences catastrophiques sur les populations voisines et sur l’environnement pendant des siècles. C’est le cas au Niger où AREVA laisse des populations vivre sur des terrains contaminés.

AREVA est le 2ème producteur d’uranium au niveau mondial. La majorité de sa production provient du Niger où le groupe français est établi depuis longtemps. Le Niger est est l’une des nations les plus pauvres du monde et pourtant le 4eme producteur mondial d’uranium et est en 4éme position pour les ressources détenues. Areva y extrait depuis 40 ans de l’Uranium, engrangeant des milliards et ne laissant au Niger rien d’autre qu’un désastre écologique dont les conséquences pèseront pendant plusieurs milliers d’années sur l’environnement et la santé des Nigériens.

Le 26 septembre 2017, j’ai eu le plaisir d’organiser une conférence au Parlement européen pour faire connaître le combat de l’ONG AGHIRIN’MAN et de la CRIIRAD sur la question de l’impact de l’extraction de l’uranium par les filiales d’AREVA au Niger: comme les millions de tonnes de résidus radioactif à l’air libre, la réutilisation de matériaux radioactifs dans l’habitat, la contamination de la nappe phréatique, etc.

La CRIIRAD[1]  travaille depuis 2002 avec l’ONG AGHIRIN’MAN[2] basée à ARLIT (Niger) pour dénoncer l’impact des activités d’extraction de l’uranium des 2 filiales d’AREVA la SOMAÏR et la COMINAK.  Le président de l’ONG est monsieur Almoustapha ALHACEN, ancien travailleur de SOMAÏR et licencié depuis[3].

Ces ONGs étaient en tournée en Europe pour que ces problèmes soient connus et pour trouver des financements pour lancer un grand programme de surveillance environnementale indépendante dans la Région d’AGADEZ : sur les mines d’AREVA, la mine d’AZELIK (exploitation Chino-nigérienne), le  projet des nouvelles mines (imouraren par AREVA et autres mines par GOVIEX), etc.


[1] La CRIIRAD est une association à but non lucratif loi 1901 dont l’objet est d’améliorer l’information du public et sa protection contre les rayonnements ionisants. L’indépendance de la CRIIRAD provient du soutien de ses adhérents. Pour adhérer voir le site www.criirad.org

[2] Présentation de l’ONG AGHIRIN’MAN ici : https://uranium-niger.jimdo.com/qui-sommes-nous/ong-aghirin-man/   

[3] Pour soutenir Almoustapha une association « Les Amis d’AGHIRIN’MAN »a été créé en France.  Le site des « Amis d’AGHIRIN’MAN » est ici : https://uranium-niger.jimdo.com/

Articles similaires :

Commenter

Protected by WP Anti Spam
Par Michèle Rivasi

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter