Pesticides interdits en Europe, mais vendus dans les pays du sud

Suite à mon interpellation le 19 février au Parlement européen, la commissaire en charge des partenariats internationaux me répond qu’il n’y a en fait aucune information complète sur les #pesticides interdits dans l’UE, mais quand même vendus aux pays ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique) et sur leur utilisation et leur résidus notamment dans les produits importés vers l’Europe.


Nous devons absolument travailler sur cette questions des pesticides interdits et tout de même exportés. Ce point doit faire partie du #greendeal ! ON ne peut dire ici qu’on interdits les pesticides les plus dangereux, mais ensuite laisser les entreprises occidentales les produire et se faire du bénéfice en les vendant dans les pays pauvres.

Selon le rapport du Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation (2017) , les pesticides sont responsables d’environ 200 000 décès par intoxication aiguë par an, dont 99% surviennent dans les pays en voie de développement, où la santé, les réglementations en matière de sécurité et d’environnement sont plus faibles et moins strictement appliquées.

Il s’agit d’un important enjeu de sécurité alimentaire, de santé publique et de protection de l’environnement. La FAO et l’OMS estiment que 30% des pesticides vendus chaque année dans les pays en développement ne répondent pas aux normes internationales. La plupart des pays ACP n’ont pas de législation régissant les produits phytosanitaires, les pesticides, les semences et autres intrants.

Je remercie la commissaire Jutta Urpilainen pour son honnêteté et je m’appuierai ce constat de l’insuffisance des données actuelles et les variation dans les chiffres pour demander officiellement au Parlement européen de commander une étude sur les pesticides interdits en Europe mais produits et exportés.

Articles similaires :

Commenter

Protected by WP Anti Spam
Par Michèle Rivasi

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter