A A

Effet des écrans sur les enfants : La députée européenne Michèle Rivasi saisit la Commission européenne

12 Déc 2018

A la Une, Communiqués, Medias

La députée européenne Michèle Rivasi saisit la Commission européenne au sujet de l’effet des écrans sur les enfants

Une étude scientifique de très grande ampleur, financée par le gouvernement des Etats-Unis, analyse le fonctionnement du cerveau de 11 000 enfants exposés aux écrans et suivis durant 10 ans. Cette vaste recherche veut savoir si le temps passé devant les écrans a un effet sur le développement du cerveau des enfants, mais aussi sur leur développement émotionnel et leur santé mentale. Les résultats préliminaires de cette étude, dévoilés par la chaine télévisée CBS et fondés sur les IRM de 4500 enfants âgés de 9 et 10 ans, sont particulièrement préoccupants.

Réaction de Michèle Rivasi, députée européenne EELV, biologiste, et spécialiste de la santé publique :

Selon les premiers résultats de cette étude, les enfants de 9 et 10 ans qui passent plusieurs heures par jour devant un écran de téléphone, de tablette, ou de jeux vidéo montrent un amincissement prématuré du cortex. Cet amincissement de la couche la plus externe du cerveau, impliqué notamment dans le traitement des informations provenant des cinq sens, a lieu en général plus tard dans la vie. On ne sait pas encore si cet amincissement du cortex sera durable ou amplifié. est la première fois, notons-le, qu’un tel effet de « remodelage » du développement du cerveau est mis en évidence.

Cette étude montre aussi que les enfants restant en moyenne plus de deux heures par jour devant un smartphone, une tablette ou un écran de télévision ont de moins bons résultats aux tests de langage et de logique. Les analyses IRM de cerveaux d’ados regardant leur fil Instagram révèlent l’activation des circuits de la récompense, favorisant des comportements addictifs. D’autres données, issues des services d’urgence, montrent aussi que les cas d’automutilation ont triplé chez les filles entre 10 et 14 ans, qui ont grandi avec des téléphones intelligents, les réseaux sociaux. Ce phénomène inquiétant évoque d’autres conclusions d’études constatant que plus on passe de temps sur les réseaux sociaux et plus l’estime de soi est diminuée.

Quelles actions préventives souhaite mettre en place la Commission eu égard aux résultats préliminaires de cette étude menée aux Etats-Unis ? Comment et selon quelle feuille de route la Commission a-t-elle prévu de communiquer à ce sujet ? Quelles recommandations prévoit-elle de formuler à destination des parents, des enfants et des personnels s’occupant des jeunes enfants ? Quelles recommandations aussi à destination des Etats-Membres de l’Union, alors que l’on pousse à la 5G et à l’école numérique, cause d’un usage toujours plus intensif des écrans ?

Cette étude souligne l’ampleur de l’expérience à temps réel en train de se dérouler autour de nous, sous nos yeux et sans aucun contrôle ou presque, et dont nos enfants sont les premiers cobayes. Nous devons prendre conscience de l’impact des écrans sur le développement et la santé psychique des plus jeunes et des générations futures. C’est une évidence que nous sommes nombreux à répéter depuis des années : il est urgent d’agir pour limiter les abus d’écrans.

Articles similaires :

Tags: , , ,

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Dernière vidéo :
  • Communiqué de presse – Strasbourg, 13 novembre 2018

    Avec son objectif d’atteindre la neutralité nette des gaz à effet de serre (GES) dans la seconde moitié de ce siècle, l’Accord de Paris a été salué comme l’accord sur le climat le plus ambitieux à ce jour. Mais il ne peut être ambitieux et efficace seulement si les politiques suivent. Ce mardi 13 novembre 2018, le Parlement européen a approuvé l’accord sur la gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique (+475/-100/Abst 33).  Il ancre le concept de ‘budget carbone’ à l’horizon 2050 dans la législation de l’UE en soulignant la nécessité de parvenir le plus tôt possible à une économie zéro nette émissions.

    Réaction de Michèle Rivasi, eurodéputée du groupe des Verts/ALE et co-rapporteur sur la gouvernance de l’Union de l’énergie réagit :

     

    « Ce règlement va nous permettre de s’orienter vers l’Accord de Paris. Tous les pays de l’UE devront désormais établir des plans d’action nationaux conformes à l’objectif de l’Accord de Paris, qui est de maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 °C, pour atteindre une température de 1,5 °C. Pour la première fois, nous avons ancré dans le droit de l’Union la nécessité de parvenir le plus tôt possible à zéro nette émissions de gaz à effet de serre.

    C’est une première, les objectifs 2030 pour le climat (les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique) devront être alignés sur un budget carbone de l’UE et une stratégie climatique et énergétique à long terme qui soit compatible avec les objectifs de Paris. Cela nécessite de transformer en profondeur les principaux secteurs émetteurs – plutôt que de procéder à des améliorations marginales pour atteindre des objectifs à court terme.

    Cet accord apporte beaucoup de nouveautés dans la législation européenne. Il demande une stratégie européenne et complète sur le méthane, dont l’impact climatique est d’autant plus élevé que la période de référence choisie est courte, étant donné sa coute vie dans l’atmosphère. La gouvernance pointe aussi la pauvreté énergétique qui est un enjeu à ne pas sous-estimer. Aujourd’hui, personne dans l’Union européenne ne devrait avoir à choisir entre se chauffer, se rafraîchir ou manger.

    Cette gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique ouvre la voie à la transparence et à la participation des collectivités locales à construire l’avenir énergétique et climatique de leur pays. L’accès aux informations pertinentes via une plateforme européenne en ligne, ainsi qu’un dialogue permanent avec les parties prenantes dans l’élaboration ou la révision de plans vont permettre de tenir les gouvernements responsables de leurs objectifs.

    A la COP24 à Katowice, l’attention va se porter sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Ces éléments de bonne gouvernance sont essentiels pour la crédibilité de l’Union européenne sur la scène internationale. Nous demandons maintenant à la Commission d’apporter une réponse sérieuse et concrète au changement climatique et de mettre en place une stratégie à long terme conforme à la dernière recommandation scientifique relative aux défis soulevés dans le rapport spécial du GIEC sur 1,5 °C. Il n’y a pas de temps à perdre ! »

    Intervention en plénière le 13 novembre 2018:

    La gouvernance de l’Union de l’énergie est un bel exemple de réussite européenne:

    Vidéo Europarl TV:

    Réaction de Michèle Rivasi sur la Stratégie climat 2050 de la Commission européenne:

    Articles similaires :

Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives