A A

Conférence: tout savoir sur la directive des remèdes traditionnels à base de plantes (THMPD)

La Directive 2004/24/EC sur les Remèdes Traditionnels à base de plantes (THMPD), adoptée en 2004, introduit une procédure allégée, plus simple et moins coûteuse d’enregistrement des remèdes traditionnels à base de plantes, tout en garantissant la qualité, l’innocuité et l’efficacité du produit.

Les remèdes traditionnels à base de plantes déjà sur le marché ont bénéficié d’une période de transition exceptionnellement longue de 7 ans à la date d’entrée en vigueur de la Directive. Cette période transitoire de 7 ans s’est terminé le 30 avril 2011. Les produits et remèdes traditionnels à base de plantes qui n’ont pas été enregistré à cette date ne peuvent plus de facto être sur le marché en tant que « médicaments ».

La directive THMPD ne s’applique pas aux médecines complémentaires et n’interdit aucune substance specifique, praticiens de santé, livres ou plantes.

La directive THMPD fait l’objet de plusieurs campagnes menées contre elle. Aux côtés d’arguments erronés parfois mis en avant, certaines préoccupations sont légitimes et justifiées. Ainsi, fin février 2011, la liste communautaire des substances, préparations et remèdes traditionnels à base de plantes déjà enregistrés ne comptait que 215 produits. Et seules 79 monographies communautaires de plantes médicinales ont été finalisées à ce jour.

Les objectifs de cette événement ouvert au public est de créer un lieu d’échange permettant de répondre aux interrogations et de mettre à jour les véritables risques posés par cette directive.

Ce forum consacré à THMPD vise à rassembler des PME, des TPE, des ONG et des experts en santé naturelle de plusieurs états membres afin de directement interroger un panel de représentants de la Commission (DG SANCO), de l’Agence Européenne des Médicaments (EMA) et de l’Autorité européenne des aliments (EFSA).

Apres des introduction à la directive et ses enjeux par la directrice générale de la DG Sanco et une avocate spécialiste du droit de la santé, trois sessions de questions reponses sont prévues : l’une sur la mise en oeuvre de THMPD, une seconde sur les risques et problèmes posés par cette directive, et la dernière sur les éventuelles révisions à envisager sur ce texte.

==================
– = PROGRAMME DE LA CONFERENCE = –

21 Juin 2011, 13:00 – 16:00: Salle A5G3, Parlement Européen, Bruxelles

Un Forum de Questions & Reponses, avec traduction simutlanée FR / EN / DE et avec la participation de la DG SANCO, de l’EMA, de l’EFSA, d’experts nationaux & d’ONG.

Présidé par les eurodéputés Verts/ALE Michele Rivasi, Satu Hassi, Heide Rühle, Carl Schlyter and Bart Staes

Introduction à THMPD : Paola Testori Coggi, DG Sanco
THMP et Législation Communautaire : Isabelle Robard, Avocate, spécialiste du droit de la santé

Séance de questions / réponses avec la salle et les internautes:
Q&R 1 : La Mise en oeuvre de THMPD ?
Q&R 2 : Risques et Problèmes de THMPD ?
Q&R 3 : Réviser THMPD ?

Inscription : merci d’envoyer vos nom et prénom, addresse, numero d’identité et date de naissance à michele.rivasi@europarl.europa.eu et satu.hassi@europarl.europa.eu avant le 17 June 2011

LIVE : vous pourrez suivre cette conférence directement en vidéo depuis chez vous via le webstreaming http://greenmediabox.eu/live/thmpd et vous pourrez réagir et poser vos questions sur Twitter en utilisant le hashtag #THMPD

Articles similaires :

Tags: , ,

2 Responses to “Conférence: tout savoir sur la directive des remèdes traditionnels à base de plantes (THMPD)”

  1. C’était un conférence trés intéressante et utile.
    Merci aux organisateurs!

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Dernière vidéo :
  • Communiqué de presse – Strasbourg, 13 novembre 2018

    Avec son objectif d’atteindre la neutralité nette des gaz à effet de serre (GES) dans la seconde moitié de ce siècle, l’Accord de Paris a été salué comme l’accord sur le climat le plus ambitieux à ce jour. Mais il ne peut être ambitieux et efficace seulement si les politiques suivent. Ce mardi 13 novembre 2018, le Parlement européen a approuvé l’accord sur la gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique (+475/-100/Abst 33).  Il ancre le concept de ‘budget carbone’ à l’horizon 2050 dans la législation de l’UE en soulignant la nécessité de parvenir le plus tôt possible à une économie zéro nette émissions.

    Réaction de Michèle Rivasi, eurodéputée du groupe des Verts/ALE et co-rapporteur sur la gouvernance de l’Union de l’énergie réagit :

     

    « Ce règlement va nous permettre de s’orienter vers l’Accord de Paris. Tous les pays de l’UE devront désormais établir des plans d’action nationaux conformes à l’objectif de l’Accord de Paris, qui est de maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 °C, pour atteindre une température de 1,5 °C. Pour la première fois, nous avons ancré dans le droit de l’Union la nécessité de parvenir le plus tôt possible à zéro nette émissions de gaz à effet de serre.

    C’est une première, les objectifs 2030 pour le climat (les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique) devront être alignés sur un budget carbone de l’UE et une stratégie climatique et énergétique à long terme qui soit compatible avec les objectifs de Paris. Cela nécessite de transformer en profondeur les principaux secteurs émetteurs – plutôt que de procéder à des améliorations marginales pour atteindre des objectifs à court terme.

    Cet accord apporte beaucoup de nouveautés dans la législation européenne. Il demande une stratégie européenne et complète sur le méthane, dont l’impact climatique est d’autant plus élevé que la période de référence choisie est courte, étant donné sa coute vie dans l’atmosphère. La gouvernance pointe aussi la pauvreté énergétique qui est un enjeu à ne pas sous-estimer. Aujourd’hui, personne dans l’Union européenne ne devrait avoir à choisir entre se chauffer, se rafraîchir ou manger.

    Cette gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique ouvre la voie à la transparence et à la participation des collectivités locales à construire l’avenir énergétique et climatique de leur pays. L’accès aux informations pertinentes via une plateforme européenne en ligne, ainsi qu’un dialogue permanent avec les parties prenantes dans l’élaboration ou la révision de plans vont permettre de tenir les gouvernements responsables de leurs objectifs.

    A la COP24 à Katowice, l’attention va se porter sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Ces éléments de bonne gouvernance sont essentiels pour la crédibilité de l’Union européenne sur la scène internationale. Nous demandons maintenant à la Commission d’apporter une réponse sérieuse et concrète au changement climatique et de mettre en place une stratégie à long terme conforme à la dernière recommandation scientifique relative aux défis soulevés dans le rapport spécial du GIEC sur 1,5 °C. Il n’y a pas de temps à perdre ! »

    Intervention en plénière le 13 novembre 2018:

    La gouvernance de l’Union de l’énergie est un bel exemple de réussite européenne:

    Vidéo Europarl TV:

    Réaction de Michèle Rivasi sur la Stratégie climat 2050 de la Commission européenne:

    Articles similaires :

Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives