A A

Séisme au Japon: avec le nucléaire, le risque zéro n’existe pas

Le séisme de magnitude 8,9 qui a frappé le Japon aujourd’hui est une catastrophe naturelle de grande ampleur, imprévisible et dont certains effets pourraient être irréversibles pour les complexes industriels japonais. Au-delà de la peur qui saisit le pays entier, mais aussi des morts qui se comptent par centaines, un problème doit susciter toute l’attention du gouvernement japonais et des experts internationaux : l’impact du séisme sur les centrales nucléaires japonaises.

Réactions à chaud de Michèle RIVASI, député européenne Europe Ecologie – Les Verts et spécialiste des questions nucléaires, qui dresse un constat dramatique :

« Tout en niant toute fuite radioactive, les autorités ont déclaré l’état d’urgence nucléaire par « principe de précaution ». Pourtant la situation semble plus alarmante que le gouvernement souhaite le faire transparaître : au total 11 réacteurs ont été automatiquement arrêtés lors du tremblement de terre, par mesure de sécurité, et ce afin de minimiser les risques. Il y a actuellement au Japon 2 centrales nucléaires en situation d’urgence. Celle de Fukushima connaît un problème d’ordre mécanique au niveau du système de refroidissement du réacteur. Conséquence: environ 3000 riverains vivant, dans un rayon de trois kilomètres, ont été évacués. Il y a aussi la centrale d’Onagawa, où le processus de refroidissement du cœur nucléaire ne se déroulerait pas comme prévu. Actuellement, le niveau des eaux de refroidissement connaîtrait une baisse inquiétante.»

Pour l’eurodéputée, les risques sont nombreux et dépendent de la qualité de la gestion de cette crise : « Ce que les gens ne savent pas c’est qu’arrêter le fonctionnement d’une centrale n’écarte finalement aucun risque, puisque dans le cas présent le plus important est de permettre le refroidissement des réacteurs pour éviter qu’ils n’entrent en fusion. Mais sans électricité, comment faire circuler les eaux de refroidissement? Quelles solutions ont trouvé les autorités : les centrales sont-elles désormais reliées à des sources d’énergie extérieures ? Les groupes électrogènes seront-ils suffisants pour maintenir le refroidissement ? Comme d’habitude, la communication sur les faits est limitée au maximum, mais les doutes subsistent : alors que le gouvernement fait tout pour rassurer la population, certains média japonais feraient état d’une fuite radioactive. Il faut des preuves et réagir vite.»

La conclusion de cette catastrophe doit s’imposer aux dirigeants internationaux selon Michèle RIVASI : « Un tiers du mix énergétique japonais repose sur le nucléaire et le pays envisage d’ouvrir une dizaine de nouvelles centrales d’ici 2030 pour faire passer cette proportion à 50%. Comme la France et d’autres pays, le Japon affaiblit sa sécurité énergétique tout en prenant des risques insensés. N’oublions pas que le réseau Sortir du Nucléaire avait révélé en 2003 que les centrales nucléaires françaises n’étaient pas aux normes sismiques et qu’EDF avait falsifié les données sismiques de ses centrales nucléaires pour ne pas supporter des travaux de mise aux normes trop onéreux. La France n’est donc pas épargnée par un tel risque.»


Articles similaires :

Tags: , , ,

One Response to “Séisme au Japon: avec le nucléaire, le risque zéro n’existe pas”

  1. Il apparait aujourd’hui un risque supplémentaire que je n’appréciait pas, c’est les moyens de refroidissement.
    Cette nuit du 12 au 13 mars le réacteur n°3 de la centrale de Fukushima Daiichi n’avait plus d’eau pour couvrir le coeur du réacteur. Ils ont pompé l’eau de la mer pour palier ce problème majeur.

    Que se passerait-il pour toutes les centrales nucléaires éloignées de la mer en cas de sècheresse ?
    L’histoire nous apprend qu’en France on a pu traverser la Loire à pied sec et le Rhin à pied (*).

    Chacun sait que l’Alsace et la basse vallée du Rhône ont subit des séïsmes majeurs qui se reproduiront.

    PASSONS AUX ENERGIES RENOUVELABLES, il est peut-être encore temps…

    (*) Emmanuel Le Roy Ladurie – HISTOIRE DU CLIMAT DEPUIS L’AN MIL. Tome 2 – Paru le: 21/12/2007 chez Flammarion

Leave a Reply


+ quatre = 10

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

les tendances de l'industrie et le développement et la dynamique du marché de la croissance de ceux qui conduisent et l'inhibition de l'industrie a également été élaboré dans le rapport. analyse SWOT de leader Replique Montre des marques telles que Replique Montre Rolex, Cartier, Omega et Replique Montre Breitling renforce le paysage concurrentiel qui comprend des informations précieuses sur la finance de grandes marques horlogères suisses. Nous vous fournissons les derniers rapports d'études de marché sur les marchés mondiaux, les industries clés, les entreprises de premier plan, les nouveaux produits et les dernières répliques de montres industrie et Louboutin Pas Cher tendances.

Archives