A A

Santé publique – Glyphosate: la Commission dit « oui » à une prolongation de 18 mois

29 Juin 2016

Communiqués, Medias

Le Commissaire en charge de la santé, Andriukaitas, a confirmé ce soir que la Commission allait procéder à une « extension technique » de 18 mois de l’autorisation de la substance active de l’herbicide le plus vendu au monde: le RoundUp de Monsanto. Cette décision intervient après que les États membres n’aient pu s’accorder à la majorité qualifiée contre l’autorisation du glyphosate le 24 juin dernier.

Réaction de Michèle RIVASI, Vice-Présidente Verts-ALE, membre de la Commission environnement et santé publique :

« La Commission aurait dû interdire cette substance considérée comme un cancérogène probable par l’OMS et ainsi faire prévaloir la santé des Européens sur les préoccupations strictement pécuniaires de l’industrie chimique. En procédant au renouvellement de l’autorisation de cette substance, la Commission refuse de tourner la page de l’agriculture chimique en dépit des dégâts sanitaires qu’elle provoque. En France et en Europe, des agriculteurs produisent déjà sans glyphosate sur des parcelles de plus de 100 hectares[i]. Nous devons les soutenir massivement et encourager financièrement leurs collègues qui n’ont pas encore osé se tourner vers une agriculture biologique. Ces 18 mois de prolongation doivent être utilisés à bon escient par les États membres pour organiser la sortie définitive du glyphosate. Le message politique doit donc être sans équivoque y compris pour produire un impact sur les investisseurs et l’industrie qui vont devoir s’adapter à ce changement. Les pesticides ne sont pas viables y compris au plan économique. Une étude de 2015 du Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism estime que les dégâts sanitaires liés à l’exposition aux pesticides atteignent les 120 milliards d’euros par an en Europe.»

Pour José BOVÉ, Membre Verts-ALE de la Commission agriculture :

« Le glyphosate est le nerf de la guerre menée par toute l’industrie de l’agrochimie pour conserver une agriculture soumise aux pesticides chimiques, Monsanto en tête. Deux tiers des Européens n’en veulent cependant ni dans leur assiette, ni dans les champs ! La Commission européenne et les États ne peuvent les ignorer.

Dans cette affaire, les États-membres se sont à nouveau organisés pour refiler la patate chaude à la Commission. Or d’après le droit européen, la Commission reste libre d’agir lorsqu’aucune majorité qualifiée n’existe au Conseil. Elle avait encore la possibilité d’écouter les citoyens et d’interdire ce poison pour notre santé et l’environnement. Elle n’a pas su s’en saisir et a préféré autoriser à nouveau le glyphosate, ce qui, dans ces conditions, est un très grave déni de démocratie. »

[1] http://www.bretagne.synagri.com/ca1/PJ.nsf/TECHPJPARCLEF/16035/$File/10%20-56_306.pdf?OpenElement

Articles similaires :

Tags: , ,

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Dernière vidéo :
Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives