A A

Pic de consommation électrique: sobriété et efficacité, les solutions sont aussi simples qu’écologistes

07 Fév 2012

Communiqués, Medias

A chaque période de grand froid, la France se retrouve paralysée par l’irresponsabilité de la politique énergétique mise en place et perpétuée par les gouvernements successifs. Le tout-nucléaire associé à une trop forte propension de chauffage électrique handicape fortement les ménages français, tant dans leur confort qu’au niveau de leur porte-monnaie. Une situation que dénoncent pourtant les écologistes depuis longtemps.

Pour Michèle RIVASI, porte-parole d’Eva Joly, cette situation ne peut plus durer et nos gouvernants doivent prendre les mesures les plus simples et les plus efficaces:

« Cette précarité énergétique devrait appeler à une réaction circonstanciée, mais non au lieu de cela, on culpabilise à chaque fois le quidam en l’appelant à faire des efforts. Oui, il faut faire des efforts, mais il faut surtout lutter contre le gaspillage d’électricité: les gisements d’économie sont partout. Le secteur de la publicité notamment devrait être mis à contribution: par exemple, les nouveaux panneaux publicitaires vidéo que l’on peut voir dans le métro parisien consomment chacun autant que six Français, c’est aberrant de ne pas les couper, au moins temporairement, personne ne s’en plaindra. De nombreuses autres enseignes aussi lumineuses qu’inutiles devraient aussi être coupées par civisme, et que dire des milliers de mètres carrés de bureaux éclairés la nuit? Aussi, les municipalités devraient être saisies du problème et limiter l’éclairage public là où il est loin d’être nécessaire. Alors que l’on risque un black-out dans certaines régions, comme PACA ou la Bretagne, rien n’est fait: notre gouvernement est irresponsable. »

Michèle RIVASI insiste particulièrement sur la responsabilité du chauffage électrique: « Actuellement, le chauffage électrique équipe 31% des logements, un record européen, et l’on continue à le favoriser: en 2009, 80% des logements français ont été équipés de chauffage électrique. Pourquoi? Parce-que nos élites réfléchissent à court-terme, pour changer, et parce qu’il faut bien écouler les surplus engendrés par nos centrales nucléaires en temps normal. Le chauffage électrique est le premier responsable des pics de consommation. »

« En fait, le chauffage électrique est surtout avantageux pour les propriétaires puisqu’il est peu cher à l’installation. Par contre c’est l’utilisateur final, le locataire, qui fait les frais du manque d’efficacité énergétique de son logement…parce que le propriétaire n’a pas jugé utile d’investir dans la rénovation thermique. Heureusement, l’étiquetage énergétique dans l’immobilier devrait mener à un changement de stratégie des propriétaires, on l’espère. En attendant, remercions nos voisins suisses et allemands qui nous revendent de l’électricité: la situation serait désespérée autrement. »

Articles similaires :

Tags: , , ,

5 Responses to “Pic de consommation électrique: sobriété et efficacité, les solutions sont aussi simples qu’écologistes”

  1. MCPN dit :

    L’import d’énergie d’Allemagne pour une puissance de 3000 MW des centrales thermiques consomme 1000T de charbon à l’heure. A qui sera comptabilisé le CO2 émis. L’éolien à participé modestement par rapport à tous les équipements en place et le solaire de nuit et l’hiver:0.
    La consommation s’accélère lorsqu’il fait froid aussi de par les radiateurs d’appoint car les chauffages classiques ne peuvent survenir au besoin. Construire des appartements de -60m2 autre qu’un chauffage électrique est une vue de l’esprit… Il nous manque peut-être 2 EPR

  2. Florian dit :

    S’il y avait eut autant de financement pour l’isolation que pour cette heresie du tout nucleaire ce sujet de surconsommation ne serait pas d’actualite.

  3. Christophe dit :

    Bonjour Madame,
    j’ai profité de votre communiqué pour vous citer dans mon article sur cette question :
    http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3245_record_froid_consommation_electricite.php

  4. loro dit :

    le problème général c’est le manque de civilité des responsables écologistes! on donne des ordres mais font ils ce qu’il faut? disent ‘ils la vérité? sortir du nucléaire c’est possible a condition de mettre en fonction des énergies comme les marées et l’hydraulique ainsi que les fours solaires ! et la cerise sur le gâteau faire construire le MEG moteur électromagnétique qui fourni de l’électricité moyennant le magnétisme! cet équipement peux a lui seul remplacer les moteurs des véhicules en même temps que remplacer le nucléaire et équiper maisons industries et devenant autonomes! et autosuffisances plus besoin de pétrole! ni d’atome pour faire de l’électricité! mais personne ne le dit ni veux savoir que ça existe! alors? chacun aura son vélo pour se fournir en courant!

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Dernière vidéo :
  • Communiqué de presse – Strasbourg, 13 novembre 2018

    Avec son objectif d’atteindre la neutralité nette des gaz à effet de serre (GES) dans la seconde moitié de ce siècle, l’Accord de Paris a été salué comme l’accord sur le climat le plus ambitieux à ce jour. Mais il ne peut être ambitieux et efficace seulement si les politiques suivent. Ce mardi 13 novembre 2018, le Parlement européen a approuvé l’accord sur la gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique (+475/-100/Abst 33).  Il ancre le concept de ‘budget carbone’ à l’horizon 2050 dans la législation de l’UE en soulignant la nécessité de parvenir le plus tôt possible à une économie zéro nette émissions.

    Réaction de Michèle Rivasi, eurodéputée du groupe des Verts/ALE et co-rapporteur sur la gouvernance de l’Union de l’énergie réagit :

     

    « Ce règlement va nous permettre de s’orienter vers l’Accord de Paris. Tous les pays de l’UE devront désormais établir des plans d’action nationaux conformes à l’objectif de l’Accord de Paris, qui est de maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 °C, pour atteindre une température de 1,5 °C. Pour la première fois, nous avons ancré dans le droit de l’Union la nécessité de parvenir le plus tôt possible à zéro nette émissions de gaz à effet de serre.

    C’est une première, les objectifs 2030 pour le climat (les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique) devront être alignés sur un budget carbone de l’UE et une stratégie climatique et énergétique à long terme qui soit compatible avec les objectifs de Paris. Cela nécessite de transformer en profondeur les principaux secteurs émetteurs – plutôt que de procéder à des améliorations marginales pour atteindre des objectifs à court terme.

    Cet accord apporte beaucoup de nouveautés dans la législation européenne. Il demande une stratégie européenne et complète sur le méthane, dont l’impact climatique est d’autant plus élevé que la période de référence choisie est courte, étant donné sa coute vie dans l’atmosphère. La gouvernance pointe aussi la pauvreté énergétique qui est un enjeu à ne pas sous-estimer. Aujourd’hui, personne dans l’Union européenne ne devrait avoir à choisir entre se chauffer, se rafraîchir ou manger.

    Cette gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique ouvre la voie à la transparence et à la participation des collectivités locales à construire l’avenir énergétique et climatique de leur pays. L’accès aux informations pertinentes via une plateforme européenne en ligne, ainsi qu’un dialogue permanent avec les parties prenantes dans l’élaboration ou la révision de plans vont permettre de tenir les gouvernements responsables de leurs objectifs.

    A la COP24 à Katowice, l’attention va se porter sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Ces éléments de bonne gouvernance sont essentiels pour la crédibilité de l’Union européenne sur la scène internationale. Nous demandons maintenant à la Commission d’apporter une réponse sérieuse et concrète au changement climatique et de mettre en place une stratégie à long terme conforme à la dernière recommandation scientifique relative aux défis soulevés dans le rapport spécial du GIEC sur 1,5 °C. Il n’y a pas de temps à perdre ! »

    Intervention en plénière le 13 novembre 2018:

    La gouvernance de l’Union de l’énergie est un bel exemple de réussite européenne:

    Vidéo Europarl TV:

    Réaction de Michèle Rivasi sur la Stratégie climat 2050 de la Commission européenne:

    Articles similaires :

Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives