A A

Perturbateurs endocriniens : la stratégie nationale voit enfin le jour

19 Juin 2013

Communiqués, Medias

A l’issue de la Conférence environnementale des 14-15 septembre 2012, le gouvernement a décidé de mettre en place un groupe de travail associant l’ensemble des parties prenantes pour élaborer d’ici juin 2013 une stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens comprenant des actions de recherche, d’expertise, d’information du public et de réflexion sur l’encadrement réglementaire.

L’objectif affiché est de diminuer l’exposition de la population aux perturbateurs endocriniens afin de la préserver de leurs impacts sanitaires et environnementaux.

Après 6 réunions, le groupe de travail est aujourd’hui en mesure de proposer un texte (composé d’objectifs stratégiques et de la stratégie en tant que telle) qui sera soumis à consultation du public et présenté en Conseil des ministres prochainement.

Les élus ayant participé à l’élaboration de la stratégie nationale commentent le travail effectué :

Pour Michèle Rivasi, députée européenne Vice-Présidente du groupe des Verts/ALE au Parlement européen : « Tout au long des discussions, nous avons noté un très grand consensus avec les ONG présentes (RES, WECF, FNE, Générations futures). J’ai rappelé qu’il était indispensable de travailler avec des pays européens à la pointe sur le sujet des PE (pays nordiques en particulier), afin de pousser les agences européennes et la Commission à élaborer une stratégie européenne plus ambitieuse. 

«L’important c’est de protéger les populations les plus vulnérables (femmes enceintes et jeunes enfants), c’est pourquoi il est primordial de bien connaitre les niveaux d’exposition et de lancer une campagne d’information offensive pour informer la population qui ignore encore le danger de ces substances. Avec les ONG, nous avons également insisté sur la formation des différents publics concernés (les agriculteurs, les apprentis, les ouvriers, le personnel médical, etc.). »

Pour Corinne Lepage, députée européenne ADLE, présidente de CAP 21 : 

« Je me réjouis que les propositions formulées aux côtés des ONG aient été pour partie prises en compte. Je regrette que les rapports Westlund -voté au Parlement européen- et la deuxième version du rapport « Signaux précoces, leçons tardives » de l’EEA ne soit repris qu’en référence dans le texte. Le fait de renvoyer les conflits d’intérêts dans les organismes d’expertise à un autre texte n’est pas rassurant et retarde l’application réelle des principes de précaution et de prévention engendrant aujourd’hui des coûts humains, sociaux et économiques importants pour la société ».

Pour Gérard Bapt, député PS des Haute Garonne et auteur du projet de loi interdisant le Bisphénol A dans les contenants alimentaires :

« La stratégie nationale formalise utilement, sur la base d’effets sanitaires et environnementaux avérés, la décision française de donner une impulsion décisive, nationale et européenne, à la protection des population dont l’exposition à certaines substances est susceptible de porter atteinte à leur santé et à leur environnement. Elle vise notamment à mieux coordonner les efforts de recherche au plan national et européen, ainsi qu’à harmoniser les avancées législatives et réglementaires obtenues dans un Etat membre. Ainsi en est-il pour le retrait des contenants alimentaires comportant du Bisphénol A, prévu par la France au 1er juillet 2015 ».

Les élus soutiennent en outre la position des ONG signataires d’un manifeste et d’une pétition pour lutter contre les perturbateurs endocriniens.

Articles similaires :

Tags: , ,

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Dernière vidéo :
  • Communiqué de presse – Strasbourg, 13 novembre 2018

    Avec son objectif d’atteindre la neutralité nette des gaz à effet de serre (GES) dans la seconde moitié de ce siècle, l’Accord de Paris a été salué comme l’accord sur le climat le plus ambitieux à ce jour. Mais il ne peut être ambitieux et efficace seulement si les politiques suivent. Ce mardi 13 novembre 2018, le Parlement européen a approuvé l’accord sur la gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique (+475/-100/Abst 33).  Il ancre le concept de ‘budget carbone’ à l’horizon 2050 dans la législation de l’UE en soulignant la nécessité de parvenir le plus tôt possible à une économie zéro nette émissions.

    Réaction de Michèle Rivasi, eurodéputée du groupe des Verts/ALE et co-rapporteur sur la gouvernance de l’Union de l’énergie réagit :

     

    « Ce règlement va nous permettre de s’orienter vers l’Accord de Paris. Tous les pays de l’UE devront désormais établir des plans d’action nationaux conformes à l’objectif de l’Accord de Paris, qui est de maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 °C, pour atteindre une température de 1,5 °C. Pour la première fois, nous avons ancré dans le droit de l’Union la nécessité de parvenir le plus tôt possible à zéro nette émissions de gaz à effet de serre.

    C’est une première, les objectifs 2030 pour le climat (les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique) devront être alignés sur un budget carbone de l’UE et une stratégie climatique et énergétique à long terme qui soit compatible avec les objectifs de Paris. Cela nécessite de transformer en profondeur les principaux secteurs émetteurs – plutôt que de procéder à des améliorations marginales pour atteindre des objectifs à court terme.

    Cet accord apporte beaucoup de nouveautés dans la législation européenne. Il demande une stratégie européenne et complète sur le méthane, dont l’impact climatique est d’autant plus élevé que la période de référence choisie est courte, étant donné sa coute vie dans l’atmosphère. La gouvernance pointe aussi la pauvreté énergétique qui est un enjeu à ne pas sous-estimer. Aujourd’hui, personne dans l’Union européenne ne devrait avoir à choisir entre se chauffer, se rafraîchir ou manger.

    Cette gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique ouvre la voie à la transparence et à la participation des collectivités locales à construire l’avenir énergétique et climatique de leur pays. L’accès aux informations pertinentes via une plateforme européenne en ligne, ainsi qu’un dialogue permanent avec les parties prenantes dans l’élaboration ou la révision de plans vont permettre de tenir les gouvernements responsables de leurs objectifs.

    A la COP24 à Katowice, l’attention va se porter sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Ces éléments de bonne gouvernance sont essentiels pour la crédibilité de l’Union européenne sur la scène internationale. Nous demandons maintenant à la Commission d’apporter une réponse sérieuse et concrète au changement climatique et de mettre en place une stratégie à long terme conforme à la dernière recommandation scientifique relative aux défis soulevés dans le rapport spécial du GIEC sur 1,5 °C. Il n’y a pas de temps à perdre ! »

    Intervention en plénière le 13 novembre 2018:

    Articles similaires :

Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives