A A

Fermeture de Fessenheim: le lobby nucléaire ne doit plus faire la loi, reprenons le pouvoir

06 Avr 2017

Communiqués, Medias

Le conseil d’administration d’EDF a rejeté aujourd’hui une motion prévoyant d’engager le processus de fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin). De fait, le gouvernement ne pourra pas publier de décret de fermeture de la centrale d’ici la fin de la législature.

Réaction de Michèle RIVASI, eurodéputée écologiste :

« Le vote d’aujourd’hui est un revers majeur qui démontre que la gouvernance de l’énergie en France n’est plus entre les mains du gouvernement : l’ensemble de la classe politique devrait s’en inquiéter, pas seulement les écologistes.

Le Général de Gaulle – que tant de candidats à la présidentielle chérissent – a créé un monstre qui est hors de tout contrôle, un Frankenstein radioactif à qui nous avons donné les clefs de la France et qui exproprie les citoyens du droit fondamental à décider des grandes orientations politiques. François Hollande a été élu notamment sur la promesse de la fermeture de Fessenheim, car c’est la plus vieille centrale de France mais surtout parce qu’elle est située en zone sismique sous le niveau du Grand Canal d’Alsace. C’était un enjeu électoral légitime, il doit le rester.

Si aujourd’hui les électeurs ne croient plus dans le monde politique c’est parce qu’il se dessaisit de son pouvoir de décision. J’avais alerté à de nombreuses reprises lors des débats et avant le vote de la loi de transition énergétique : il fallait introduire une disposition donnant le pouvoir à l’État de fermer une centrale pour des raisons de politique énergétique. Ça n’a pas été fait, et voilà le résultat, nous sommes pris en otage par une entreprise hors-la-loi !

Et Michèle RIVASI de conclure : « Le lobby nucléaire n’est grand que parce que nous nous mettons à genoux, alors levons-nous : nous avons autant le pouvoir que le devoir de changer cela. Lançons une révolution énergétique citoyenne, changeons d’opérateur électrique pour ne plus cautionner la mainmise d’EDF sur le futur de notre pays, notre porte-monnaie a plus de pouvoir que les administrateurs d’EDF. Et surtout, à l’élection présidentielle, votons pour celui qui nous redonnera le pouvoir de décider ».

Articles similaires :

Tags: ,

3 Responses to “Fermeture de Fessenheim: le lobby nucléaire ne doit plus faire la loi, reprenons le pouvoir”

  1. Fulcieri Maltini dit :

    Le scandale du pouvoir sans limite de EDF continue et probablement ne s’arrêtera qu’ après un accident majeur que l’on attend chaque jour. Et EDF fera enfin travailler les employees au chômage pendant des années pour la démolition des réacteurs encore debout.

    Continuons à nous battre pour la sortie du nucléaire …avec toute l’energie possible ainsi que des efforts pour convaincre nombreux français qui dorment tranquillement à l’ombre des belle centrales en fumée…

    Fulcieri

  2. Fulcieri Maltini dit :

    Le scandale du pouvoir sans limite de EDF continue et probablement ne s’arrêtera qu’ après un accident majeur que l’on attend chaque jour. Et EDF fera enfin travailler les employees au chômage pendant des années pour la démolition des réacteurs encore debout.

    Continuons à nous battre pour la sortie du nucléaire …avec toute l’energie possible ainsi que des efforts pour convaincre nombreux français qui dorment tranquillement à l’ombre des belle centrales en fumée…

    Fulcieri

  3. Leonardo Fabbro dit :

    Ah, si Jean Pierre Petit avait pu être écouté.

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Dernière vidéo :
  • Communiqué de presse – Strasbourg, 13 novembre 2018

    Avec son objectif d’atteindre la neutralité nette des gaz à effet de serre (GES) dans la seconde moitié de ce siècle, l’Accord de Paris a été salué comme l’accord sur le climat le plus ambitieux à ce jour. Mais il ne peut être ambitieux et efficace seulement si les politiques suivent. Ce mardi 13 novembre 2018, le Parlement européen a approuvé l’accord sur la gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique (+475/-100/Abst 33).  Il ancre le concept de ‘budget carbone’ à l’horizon 2050 dans la législation de l’UE en soulignant la nécessité de parvenir le plus tôt possible à une économie zéro nette émissions.

    Réaction de Michèle Rivasi, eurodéputée du groupe des Verts/ALE et co-rapporteur sur la gouvernance de l’Union de l’énergie réagit :

     

    « Ce règlement va nous permettre de s’orienter vers l’Accord de Paris. Tous les pays de l’UE devront désormais établir des plans d’action nationaux conformes à l’objectif de l’Accord de Paris, qui est de maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 °C, pour atteindre une température de 1,5 °C. Pour la première fois, nous avons ancré dans le droit de l’Union la nécessité de parvenir le plus tôt possible à zéro nette émissions de gaz à effet de serre.

    C’est une première, les objectifs 2030 pour le climat (les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique) devront être alignés sur un budget carbone de l’UE et une stratégie climatique et énergétique à long terme qui soit compatible avec les objectifs de Paris. Cela nécessite de transformer en profondeur les principaux secteurs émetteurs – plutôt que de procéder à des améliorations marginales pour atteindre des objectifs à court terme.

    Cet accord apporte beaucoup de nouveautés dans la législation européenne. Il demande une stratégie européenne et complète sur le méthane, dont l’impact climatique est d’autant plus élevé que la période de référence choisie est courte, étant donné sa coute vie dans l’atmosphère. La gouvernance pointe aussi la pauvreté énergétique qui est un enjeu à ne pas sous-estimer. Aujourd’hui, personne dans l’Union européenne ne devrait avoir à choisir entre se chauffer, se rafraîchir ou manger.

    Cette gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique ouvre la voie à la transparence et à la participation des collectivités locales à construire l’avenir énergétique et climatique de leur pays. L’accès aux informations pertinentes via une plateforme européenne en ligne, ainsi qu’un dialogue permanent avec les parties prenantes dans l’élaboration ou la révision de plans vont permettre de tenir les gouvernements responsables de leurs objectifs.

    A la COP24 à Katowice, l’attention va se porter sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Ces éléments de bonne gouvernance sont essentiels pour la crédibilité de l’Union européenne sur la scène internationale. Nous demandons maintenant à la Commission d’apporter une réponse sérieuse et concrète au changement climatique et de mettre en place une stratégie à long terme conforme à la dernière recommandation scientifique relative aux défis soulevés dans le rapport spécial du GIEC sur 1,5 °C. Il n’y a pas de temps à perdre ! »

    Intervention en plénière le 13 novembre 2018:

    La gouvernance de l’Union de l’énergie est un bel exemple de réussite européenne:

    Vidéo Europarl TV:

    Réaction de Michèle Rivasi sur la Stratégie climat 2050 de la Commission européenne:

    Articles similaires :

Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives