[DEBRIEF] La biostatisticienne Christine Cotton sur l’efficacité du vaccin anti Covid-19 Pfizer

La pétition sur les effets secondaires des vaccins contre la Covid-19 déposée au Sénat par le médecin cardiologue Julien Devilleger, non vacciné et suspendu par l’Ordre des médecins, a connu un fort succès rassemblant 33.600 signatures en un mois. Elle invoque le « rôle de protection du Parlement » et demande au Sénat « de s’assurer que la pharmacovigilance est suffisante pour détecter des effets secondaires sur court, moyen et long terme ». Elle fait également référence à une audition de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), tenue au Sénat en décembre 2021, qui avait fait état de plus de 110.000 déclarations répertoriées d’effets indésirables sur les vaccins contre le Covid-19.

Le 9 février 2022, l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) a été saisi par la commission des Affaires sociales du Sénat afin de réaliser une étude sur les effets secondaires des vaccins contre la Covid-19. Les rapporteurs ont entamé leur cycle d’auditions le 28 mars. Christine Cotton, biostaticienne  et spécialiste du suivi des études cliniques, a été entendue le 5 avril, et l’association Verity France, qui regroupe des victimes et familles de victimes suite à l’injection des vaccins anti Covid-19, a été auditionné le lendemain, le 6 avril.

Les auditions se déroulent pour l’instant, à huis clos, uniquement en présence des rapporteurs. 

Ayant moi-même été membre de l’OPECST, il y a 25 ans, j’ai d’ailleurs été la première femme à siéger au sein de cette assemblée. J’ai donc pris l’initiative de donner la parole à Christine Cotton pour en savoir davantage sur le contenu de son audition.

Le sujet des effets secondaires liés aux vaccins, ce que les médecins et les spécialistes dans les bureaux nomment la pharmacovigilance, est un sujet hautement controversé, car cela met l’Etat face à ses responsabilités. 

L’étude de l’OPECST sur les effets secondaires des vaccins contre la COVID-19 s’avère être une bonne chose. Toute fois, le choix de se restreindre à des auditions à huis clos est pour moi une erreur. 

C’est pourquoi j’ai entrepris un débriefing avec Christine Cotton pour vous permettre d’entendre librement ce que cette spécialiste, ayant réalisé un remarquable travail d’expertise, a pu dire aux quatre rapporteurs de la mission de l’OPECST.

Commenter

Protected by WP Anti Spam
Par Michèle Rivasi

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter