A A

Déchets électroniques: carton jaune du Parlement pour les substances dangereuses

La commission de l’environnement du Parlement européen vient de voter une modification de la réglementation applicable aux équipements électroniques, visant à réduire la quantité de substances toxiques qu’ils contiennent.

Réagissant à l’issue du vote, Michèle Rivasi (Verts/ALE/Europe Ecologie) membre de la commission de l’environnement a estimé que:

« Malgré la très lourde pression des lobbies de l’industrie chimique, la commission de l’environnement du PE a voté pour une révision visant l’interdiction de certaines substances dangereuses contenues dans les déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE). Parmi tous les déchets générés, le flux des DEEE est actuellement celui qui grossit le plus rapidement. D’après le rapport (*) présenté ce matin en commission parlementaire, 9,3 millions de tonnes de DEEE sont générés chaque année dans la seule UE, ces déchets devraient atteindre le chiffre de 12,3 millions de tonnes d’ici 2020.

Ces déchets contiennent des substances très dangereuses menant à la formation de dioxyde et de furanes en cas de combustion. Ces substances sont rejetées dans l’environnement et peuvent par conséquent nuire à la santé humaine.

Pour avoir une véritable politique de prévention et réduire l’épidémie de cancers en cours en Europe, il était important d’apporter des réponses claires, adaptées et actualisées à la gestion des déchets électriques et électroniques et aux substances toxiques que ces équipements contiennent, tels que les phthalates, les pvc et les retardateurs de flamme bromés ».

(*) Rapport de Mme Jill Evans, membre du Groupe des Verts/ALE.

One Response to “Déchets électroniques: carton jaune du Parlement pour les substances dangereuses”

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Dernière vidéo :
  • Intervention de Michèle Rivasi dans le cadre d’une conférence organisée le 6 juin 2017 au Parlement Européen sur la commercialisation de la santé en Europe. Celle-ci intervenait sur l’ingérence des lobbies dans les politiques de santé publique.

Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives