A A

La crise sanitaire, une crise écologique à résoudre d’urgence

Michèle Rivasi, députée européenne Europe Ecologie/ Les Verts (EELV), s’est rendue le 26 octobre à Balbronn, en Alsace, à la rencontre d’agriculteurs pour évoquer le sujet de la crise sanitaire avec Eva Joly, candidate EELV à la présidentielle.

Alors que le ministère en charge de l’agriculture présentait ce même jour un point d’étape du plan Ecophyto 2018 du Grenelle, EELV rappelle les faiblesses d’un tel plan visant à diviser par deux l’utilisation des pesticides avant 2018. Il s’agit en effet d’une formulation ambiguë, qui ne précise pas s’il s’agit de diviser le tonnage global ou celui de la matière active. Par ailleurs, d’après un rapport présenté par l’INRA, l’objectif de 50% annoncé par le gouvernement impliquerait un changement de modèle agricole. Or ce n’est pas du tout le chemin qui est pris. L’agriculture conventionnelle est plus que jamais soutenue, tandis que la bio l’est beaucoup moins : les aides à la conversion existent, mais il y a peu d’aides pour l’accès au foncier, la formation, ou pour rendre les produits accessibles aux classes les moins favorisées.

L’objectif du déplacement des deux élues était d’écouter les témoignages de viticulteurs en phase de conversion à l’agriculture biologique, qui ont créé l’association Typhlo (du nom de l’araignée mangeuse d’araignées rouges ravageuses, utilisée à la place de pesticides). L’expérience et les économies réalisées en utilisant moins de pesticides, ont amenés chaque membre de ce groupe à se passer de ces produits nocifs pour la santé.

Elles ont également rencontré un jeune agriculteur victime de la maladie de Parkinson, qui s’est déclarée 10 ans après un accident qui l’a exposé à de fortes doses de produits phytosanitaires. Cette maladie dégénérative ne se développe normalement que bien plus tard dans une existence. C’est pourquoi le lien avec l’exposition aux pesticides ne fait pour le jeune homme pas de doutes et qu’il tente aujourd’hui de faire reconnaître sa maladie comme maladie professionnelle, mais il s’agit d’un véritable parcours du combattant. Il est pour cela aidé par l’association Phyto-victimes.

«La meilleure manière de lutter contre ces maladies, reste la prévention. Et cela ne s’applique pas qu’au secteur agricole. Cancers, maladies cardio-vasculaires, obésité, diabète, problèmes de reproduction et respiratoires se multiplient en France : aujourd’hui, le cancer touche un homme sur deux et une femme sur trois, il y a 350.000 nouveaux cas par an ! Notamment à cause de l’influence de toutes sortes de lobbies : lobby du sucre, de fabricants de pesticides…», a déclaré Michèle Rivasi.

«La diminution du nombre de ces maladies passera par une alimentation de qualité et de proximité. Il faut commencer cette prévention dès le plus jeune âge, en développant les cantines scolaires bio pour le plus grand nombre. La création de partenariats avec des agriculteurs locaux, stimulera l’emploi et la reconversion des exploitations, et rétablira le lien de confiance entre agriculteurs et consommateurs qui s’est fortement dégradé face au développement de la malbouffe. Du champ à l’assiette, notre alimentation a un impact sanitaire et écologique que nous devons combattre».

«ll faut par ailleurs une médecine indépendante. Dans le cas de la médecine du travail, ce sont les employeurs qui payent les médecins. La prévention passe également par une moins grande consommation de médicaments. Les français sont les plus grands utilisateurs d’anti-dépresseurs, c’est un indice d’un véritable mal-être. Le retour au niveau de consommation de médicaments de 2004 permettrait d’économiser plus de 3 milliards d’euros», ajoute la députée européenne.

En somme, l’explosion du budget de la sécurité sociale ne pourra être combattue que par la mise en place d’une véritable politique de prévention et de réduction des risques auxquels nous sommes exposés au quotidien.

Articles similaires :

Tags: , , ,

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Dernière vidéo :
  • Communiqué de presse – Strasbourg, 13 novembre 2018

    Avec son objectif d’atteindre la neutralité nette des gaz à effet de serre (GES) dans la seconde moitié de ce siècle, l’Accord de Paris a été salué comme l’accord sur le climat le plus ambitieux à ce jour. Mais il ne peut être ambitieux et efficace seulement si les politiques suivent. Ce mardi 13 novembre 2018, le Parlement européen a approuvé l’accord sur la gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique (+475/-100/Abst 33).  Il ancre le concept de ‘budget carbone’ à l’horizon 2050 dans la législation de l’UE en soulignant la nécessité de parvenir le plus tôt possible à une économie zéro nette émissions.

    Réaction de Michèle Rivasi, eurodéputée du groupe des Verts/ALE et co-rapporteur sur la gouvernance de l’Union de l’énergie réagit :

     

    « Ce règlement va nous permettre de s’orienter vers l’Accord de Paris. Tous les pays de l’UE devront désormais établir des plans d’action nationaux conformes à l’objectif de l’Accord de Paris, qui est de maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 °C, pour atteindre une température de 1,5 °C. Pour la première fois, nous avons ancré dans le droit de l’Union la nécessité de parvenir le plus tôt possible à zéro nette émissions de gaz à effet de serre.

    C’est une première, les objectifs 2030 pour le climat (les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique) devront être alignés sur un budget carbone de l’UE et une stratégie climatique et énergétique à long terme qui soit compatible avec les objectifs de Paris. Cela nécessite de transformer en profondeur les principaux secteurs émetteurs – plutôt que de procéder à des améliorations marginales pour atteindre des objectifs à court terme.

    Cet accord apporte beaucoup de nouveautés dans la législation européenne. Il demande une stratégie européenne et complète sur le méthane, dont l’impact climatique est d’autant plus élevé que la période de référence choisie est courte, étant donné sa coute vie dans l’atmosphère. La gouvernance pointe aussi la pauvreté énergétique qui est un enjeu à ne pas sous-estimer. Aujourd’hui, personne dans l’Union européenne ne devrait avoir à choisir entre se chauffer, se rafraîchir ou manger.

    Cette gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique ouvre la voie à la transparence et à la participation des collectivités locales à construire l’avenir énergétique et climatique de leur pays. L’accès aux informations pertinentes via une plateforme européenne en ligne, ainsi qu’un dialogue permanent avec les parties prenantes dans l’élaboration ou la révision de plans vont permettre de tenir les gouvernements responsables de leurs objectifs.

    A la COP24 à Katowice, l’attention va se porter sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Ces éléments de bonne gouvernance sont essentiels pour la crédibilité de l’Union européenne sur la scène internationale. Nous demandons maintenant à la Commission d’apporter une réponse sérieuse et concrète au changement climatique et de mettre en place une stratégie à long terme conforme à la dernière recommandation scientifique relative aux défis soulevés dans le rapport spécial du GIEC sur 1,5 °C. Il n’y a pas de temps à perdre ! »

    Intervention en plénière le 13 novembre 2018:

    La gouvernance de l’Union de l’énergie est un bel exemple de réussite européenne:

    Vidéo Europarl TV:

    Réaction de Michèle Rivasi sur la Stratégie climat 2050 de la Commission européenne:

    Articles similaires :

Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives