A A

Conférence de presse de rentrée : un agenda européen et local chargé!

 

 

 

 

 

 

 

Lors de sa conférence de presse de rentrée, Michèle RIVASI a tracé les perspectives d’une année 2014 bien chargée, tant au niveau européen que local.
Mais avant toute chose, l’eurodéputée a voulu préciser que « la situation en Syrie est extrêmement inquiétante ; les crimes de guerre perpétrés par le clan Assad en diffusant des gaz mortels sur son propre peuple doivent être stoppés. François HOLLANDE doit demander son avis au Parlement français pour une intervention. »
Directive sur le tabac, directives sur les essais cliniques et les dispositifs médicaux, autant de textes pour lesquels l’eurodéputée écologiste défend les intérêts des patients et des consommateurs plutôt que ceux des laboratoires et entreprises privées : « Pour les cigarettes électroniques comme pour les prothèses mammaires ou de hanche, je défends la mise en place d’une autorisation de mise sur le marché qui permette de contrôler au mieux le produit et de protéger les patients et les consommateurs».

« Voulant continuer à travailler sur tous ces dossiers de santé publique et d’énergie au niveau européen, je suis candidate à ma succession pour être tête de liste aux élections européennes de mai 2014 avec EELV »
Au niveau national, Michèle RIVASI a interpellé Philippe MARTIN, ministre de l’écologie, sur le gaz de schiste. En effet, la question prioritaire de constitutionnalité qui sera tranchée par le Conseil Constitutionnel avant Octobre risque d’arriver à l’annulation de la loi interdisant la fracturation hydraulique. « Le ministre m’a assuré que si le Conseil Constitutionnel annulait la loi, il faudrait une nouvelle loi en urgence pour éviter la course à l’exploration et à l’exploitation ».

« Le ministre m’a assuré de la fermeture de Fesseheim en 2016, mais il nous faut un plan de fermeture des centrales plus élargi : pour atteindre l’objectif de 50% de nucléaire dans la part de production d’électricité, il faudra fermer d’autres centrales. L’Etat doit pousser EDF à respecter ces objectifs. »
Enfin, localement, Michèle RIVASI attend les conclusions du commissaire enquêteur concernant le PLU de Valence, et espère que les terres agricoles et les espaces naturels seront mieux préservés que dans le projet actuel. Elle attend également la décision du tribunal administratif concernant la grande agglo « avec 51 communes, et plus de 200 000 habitants, cette nouvelle grande agglo sera une usine à gaz, trop éloignée des habitants et de leurs préoccupations du quotidien : c’est une structure pyramidale, qui ne correspond pas aux enjeux. Les écologistes souhaitent le maintien des trois pôles Valence, Romans et Tain-Tournon avec une coopération au niveau économique, des transports et de l’aménagement du territoire. »

 

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Dernière vidéo :
  • Communiqué de presse – Strasbourg, 13 novembre 2018

    Avec son objectif d’atteindre la neutralité nette des gaz à effet de serre (GES) dans la seconde moitié de ce siècle, l’Accord de Paris a été salué comme l’accord sur le climat le plus ambitieux à ce jour. Mais il ne peut être ambitieux et efficace seulement si les politiques suivent. Ce mardi 13 novembre 2018, le Parlement européen a approuvé l’accord sur la gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique (+475/-100/Abst 33).  Il ancre le concept de ‘budget carbone’ à l’horizon 2050 dans la législation de l’UE en soulignant la nécessité de parvenir le plus tôt possible à une économie zéro nette émissions.

    Réaction de Michèle Rivasi, eurodéputée du groupe des Verts/ALE et co-rapporteur sur la gouvernance de l’Union de l’énergie réagit :

     

    « Ce règlement va nous permettre de s’orienter vers l’Accord de Paris. Tous les pays de l’UE devront désormais établir des plans d’action nationaux conformes à l’objectif de l’Accord de Paris, qui est de maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 °C, pour atteindre une température de 1,5 °C. Pour la première fois, nous avons ancré dans le droit de l’Union la nécessité de parvenir le plus tôt possible à zéro nette émissions de gaz à effet de serre.

    C’est une première, les objectifs 2030 pour le climat (les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique) devront être alignés sur un budget carbone de l’UE et une stratégie climatique et énergétique à long terme qui soit compatible avec les objectifs de Paris. Cela nécessite de transformer en profondeur les principaux secteurs émetteurs – plutôt que de procéder à des améliorations marginales pour atteindre des objectifs à court terme.

    Cet accord apporte beaucoup de nouveautés dans la législation européenne. Il demande une stratégie européenne et complète sur le méthane, dont l’impact climatique est d’autant plus élevé que la période de référence choisie est courte, étant donné sa coute vie dans l’atmosphère. La gouvernance pointe aussi la pauvreté énergétique qui est un enjeu à ne pas sous-estimer. Aujourd’hui, personne dans l’Union européenne ne devrait avoir à choisir entre se chauffer, se rafraîchir ou manger.

    Cette gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique ouvre la voie à la transparence et à la participation des collectivités locales à construire l’avenir énergétique et climatique de leur pays. L’accès aux informations pertinentes via une plateforme européenne en ligne, ainsi qu’un dialogue permanent avec les parties prenantes dans l’élaboration ou la révision de plans vont permettre de tenir les gouvernements responsables de leurs objectifs.

    A la COP24 à Katowice, l’attention va se porter sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Ces éléments de bonne gouvernance sont essentiels pour la crédibilité de l’Union européenne sur la scène internationale. Nous demandons maintenant à la Commission d’apporter une réponse sérieuse et concrète au changement climatique et de mettre en place une stratégie à long terme conforme à la dernière recommandation scientifique relative aux défis soulevés dans le rapport spécial du GIEC sur 1,5 °C. Il n’y a pas de temps à perdre ! »

    Intervention en plénière le 13 novembre 2018:

    La gouvernance de l’Union de l’énergie est un bel exemple de réussite européenne:

    Vidéo Europarl TV:

    Réaction de Michèle Rivasi sur la Stratégie climat 2050 de la Commission européenne:

Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives