Stratégie sur le méthane: la Commission européenne loin du compte

Présentée aujourd’hui, la stratégie de la Commission sur le méthane n’est pas à la hauteur pour atteindre nos objectifs de réduction de gaz à effet de serre pour 2030 ni nos objectifs en matière de qualité de l’air. Le plan présenté ne concerne même pas la plus grande source d’émissions de méthane dans l’UE : l’agriculture.

Michèle Rivasi, membre de la commission de l’environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire, commente :

” La Commission propose une stratégie méthane en contradiction avec son propre objectif de neutralité climatique d’ici 2050 et ses objectifs pour la qualité de l’air. Il ne suffit pas d’améliorer les données relatives aux émissions de méthane, il faut les réduire ! Car nous parlons de l’autre ennemi du climat : le méthane est 86 fois plus nocif pour le réchauffement climatique que le dioxyde de carbone sur une période de 20 ans. Si le CO2 détermine le réchauffement de la planète, le méthane en détermine la vitesse !

Il faut des objectifs globaux clairs pour éliminer progressivement les combustibles fossiles et, parallèlement, réduire considérablement les émissions de méthane dans les trois principaux secteurs concernés, à savoir l’énergie, les déchets et l’agriculture.  

L’agriculture, responsable de 53% des émissions de méthane, est l’un des secteurs les plus touchés par le changement climatique. Réduire les émissions dans ce secteur est donc une solution gagnante gagnante, pour le climat et la santé autant que pour l’avenir de l’agriculture.”

Damien Carême, membre de la commission pour l’industrie, la recherche et l’énergie, commente :

«La stratégie méthane présentée aujourd’hui est largement insuffisante : des contraintes inexistantes et pas une seule mesure concrète. Il faut des objectifs contraignants dans les principaux secteurs émetteurs, l’agriculture, les déchets, mais aussi le secteur de l’énergie, deuxième source d’émission de méthane, dues à l’extraction du pétrole et du gaz. 

Considérer le gaz naturel comme une énergie de transition est une aberration qui nous enferme dans une logique fossile mortifère pour encore des décennies. Arrêtons dès maintenant tout soutien aux énergies fossiles ! En parallèle d’une stratégie méthane plus ambitieuse, développons une stratégie globale en matière d’énergies renouvelables et d’hydrogène vert, seuls véritables alternatives pour le climat.

Vu son impact sur le climat, le méthane ne doit plus être l’angle mort de nos politiques climatiques. C’est pourquoi le méthane doit aussi être inclus dans le marché du carbone européen (système ETS) et dans le projet de taxe aux frontières de l’UE. »

Contexte :

Le méthane est à l’origine de 24 % du réchauffement climatique et est une source de gaz à effet de serre. Le méthane est une grave source de dégradation pour le climat, l’environnement et la santé. 59 % des émissions de méthane sont d’origine humaine. Dans l’UE, l’agriculture est responsable de 53 % de ces émissions, soit plus de la moitié, suivie par la gestion des déchets avec plus d’un quart (26 %) et le secteur de l’énergie avec environ un cinquième (19 %).

Le Parlement européen a voté en faveur d’une réduction de 60 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, tandis que les Verts/ALE demandent une réduction de 65 % et un taux net d’émission zéro d’ici 2040.

Le méthane ne relevait pas spécifiquement du champ d’application des protections de l’UE sur le climat jusqu’à ce que les deux eurodéputés Michèle Rivasi et Claude Turmes intègrent une stratégie spécifique sur le méthane dans le règlement sur la “gouvernance de l’Union pour l’énergie et l’action pour le climat” publié en décembre 2018. Son article 16 demande à la Commission européenne de présenter un plan stratégique de l’Union pour le méthane. Le Parlement européen a demandé à la Commission d’envisager des options politiques pour s’attaquer rapidement aux émissions de méthane et cette demande n’exclut aucun secteur.

Articles similaires :

Commenter

Protected by WP Anti Spam
Par Michèle Rivasi

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter