A A

NON A LA DIRECTION DE L’OMS PAR PHILIPPE DOUSTE-BLAZY

09 Mai 2016

Politique

Nous avons appris ce week-end la candidature de l’ancien ministre de la santé Philippe Douste-Blazy au poste de directeur général de l’OMS. Il se prévaut du soutien plein et entier du Président de la République François Hollande.

M. Douste-Blazy, cardiologue de profession, nourrit depuis plusieurs décennies des liens étroits avec les laboratoires du sud-ouest notamment (Pierre Fabre et BMS), Servier (à l’origine du scandale du Médiator) et l’ancêtre du LEEM (le syndicat des entreprises du médicament), le SNIP. Le Président de ce syndicat, Bernard Mezuré, également président de SKB (aujourd’hui GSK), fabricant du principal vaccin anti-hépatite B Engerix, aurait participé d’ailleurs au financement de sa campagne législative en 1993, déclarant qu’il était de son devoir d’aider les professionnels de santé alliés à avoir un représentant au Parlement.

Il faut rappeler que le Ministre Douste-Blazy a été le principal ordonnateur de la si controversée campagne de vaccination anti hépatite B en 1994.

Nous demandons au Président de la République de ne pas soutenir cette candidature qui ne présente pas suffisamment de gage d’indépendance à l’heure où fleurissent les scandales sanitaires.

Nous avons besoin d’un renforcement de notre arsenal législatif (au niveau national comme européen) et d’autorités indépendantes pour éviter les dérives actuelles d’emprise des lobbys industriels sur la décision publique par une capture scientifique et réglementaire. Cela passe par l’éviction des postes de direction des agences sanitaires de personnes qui ont noué tout au long de leur carrière des liaisons dangereuses avec la « Big-Pharma ». C’est aussi par là que nous répondrons à la crise démocratique actuelle qui fait le lit du national-populisme.

A l’instar des Motivés de Toulouse, nous disons donc : « ouste Douste ! ».

4 Responses to “NON A LA DIRECTION DE L’OMS PAR PHILIPPE DOUSTE-BLAZY”

  1. EDITH TENCE dit :

    Mopnsieur Le Président,
    Je suis déçue que vous souteniez la candidature de M. Douste Blasy .Pour être Directeur Général de l’OMS il est impératif que celui soit indépendant et neutre, sans liens étroits avec les labos. Ce qui est loin d’être le cas de M.Douste Blasy.
    Bien sincèrement,
    Edith TENCE

  2. Nicole Koempel dit :

    Non au lobbyisme !

  3. Lapadu-Hargues Elinore dit :

    Je signe pour une médecine libre et juste

  4. Henri Diaz dit :

    Tous les labos ne sont pas pourris, mais Mediator et Engerix, même s’il est plus facile de faire éclater la vérité maintenant, ça fait beaucoup. Donc dommage pour Douste.

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Dernière vidéo :
  • Communiqué de presse – Strasbourg, 13 novembre 2018

    Avec son objectif d’atteindre la neutralité nette des gaz à effet de serre (GES) dans la seconde moitié de ce siècle, l’Accord de Paris a été salué comme l’accord sur le climat le plus ambitieux à ce jour. Mais il ne peut être ambitieux et efficace seulement si les politiques suivent. Ce mardi 13 novembre 2018, le Parlement européen a approuvé l’accord sur la gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique (+475/-100/Abst 33).  Il ancre le concept de ‘budget carbone’ à l’horizon 2050 dans la législation de l’UE en soulignant la nécessité de parvenir le plus tôt possible à une économie zéro nette émissions.

    Réaction de Michèle Rivasi, eurodéputée du groupe des Verts/ALE et co-rapporteur sur la gouvernance de l’Union de l’énergie réagit :

     

    « Ce règlement va nous permettre de s’orienter vers l’Accord de Paris. Tous les pays de l’UE devront désormais établir des plans d’action nationaux conformes à l’objectif de l’Accord de Paris, qui est de maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 °C, pour atteindre une température de 1,5 °C. Pour la première fois, nous avons ancré dans le droit de l’Union la nécessité de parvenir le plus tôt possible à zéro nette émissions de gaz à effet de serre.

    C’est une première, les objectifs 2030 pour le climat (les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique) devront être alignés sur un budget carbone de l’UE et une stratégie climatique et énergétique à long terme qui soit compatible avec les objectifs de Paris. Cela nécessite de transformer en profondeur les principaux secteurs émetteurs – plutôt que de procéder à des améliorations marginales pour atteindre des objectifs à court terme.

    Cet accord apporte beaucoup de nouveautés dans la législation européenne. Il demande une stratégie européenne et complète sur le méthane, dont l’impact climatique est d’autant plus élevé que la période de référence choisie est courte, étant donné sa coute vie dans l’atmosphère. La gouvernance pointe aussi la pauvreté énergétique qui est un enjeu à ne pas sous-estimer. Aujourd’hui, personne dans l’Union européenne ne devrait avoir à choisir entre se chauffer, se rafraîchir ou manger.

    Cette gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique ouvre la voie à la transparence et à la participation des collectivités locales à construire l’avenir énergétique et climatique de leur pays. L’accès aux informations pertinentes via une plateforme européenne en ligne, ainsi qu’un dialogue permanent avec les parties prenantes dans l’élaboration ou la révision de plans vont permettre de tenir les gouvernements responsables de leurs objectifs.

    A la COP24 à Katowice, l’attention va se porter sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Ces éléments de bonne gouvernance sont essentiels pour la crédibilité de l’Union européenne sur la scène internationale. Nous demandons maintenant à la Commission d’apporter une réponse sérieuse et concrète au changement climatique et de mettre en place une stratégie à long terme conforme à la dernière recommandation scientifique relative aux défis soulevés dans le rapport spécial du GIEC sur 1,5 °C. Il n’y a pas de temps à perdre ! »

    Intervention en plénière le 13 novembre 2018:

    La gouvernance de l’Union de l’énergie est un bel exemple de réussite européenne:

    Vidéo Europarl TV:

    Réaction de Michèle Rivasi sur la Stratégie climat 2050 de la Commission européenne:

Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives