A A

Tchernobyl, 28 ans après la transparence fait toujours défaut

28 Avr 2014

Communiqués, Medias

Elle serait presque passée inaperçue : une brève description d’un poster présenté lors d’un colloque sur la radioprotection, apportant de nouvelles données sur le lien entre anémie et exposition à la radioactivité.

Cette étude reprend les bilans de santé réalisés sur un peu moins de 3000 enfants du district de Chechersk, en Biélorussie, nés entre 4 et 16 ans après la catastrophe de Tchernobyl. Trois séries d’analyses complètes, réalisées entre 2005 et 2009 par des laboratoires internationaux et biélorusses. Le tout financé en partie par l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN). Une collaboration scientifique au profit de la transparence et de la vérité sur les conséquences sanitaires de la catastrophe.

Au programme de ces quatre années : une série de bilans de santé sur les enfants du district de Chechersk suivie d’une consultation des populations et des familles pour orienter les recherches et aboutir à une analyse plus approfondie des données. Pour qui s’intéresse à ce processus, un problème se pose : aucun des résultats n’est disponible. Rien sur le séminaire « Children’s health in Cherchersk district : Which results today and how to progress tomorrow » tenu après les premières analyses à destination des autorités de Biélorussie. Rien sur les bilans de santé eux-mêmes.

Les résultats semblent déranger. L’IRSN évoque des « données compliquées à analyser » ; il était ainsi « difficile d’établir l’effet des différents facteurs ». Selon l’institut, les résultats finaux des analyses seraient en cours de traitement et de mise en page. Quatre ans après la récolte des données… De la part des acteurs internationaux, on apprend que l’analyse des résultats en 2010 a donné lieu à la rédaction d’un manuscrit prêt pour publication depuis « quelques temps déjà », mais que le processus « a été ralenti », que le contact « a été perdu ».

Deux posters, publiés avec cette tribune, nous sont communiqués : on y relève pour l’un, l’absence de résultats clairs et pour l’autre, une prise de distance face à un « éventuel biais de dépistage du fait du bilan médical complet systématique ».

Les protocoles avaient pourtant été préparés par des pédiatres de l’hôpital St Vincent de Paul de Paris et les analyses menées par des instituts de haute volée… Même le très officiel et nucléophile CEPN (Centre d’étude sur l’Evaluation de la Protection dans le domaine Nucléaire) indique qu’une première analyse des données « a permis d’identifier les précisions nécessaires pour la poursuite de l’analyse, de déterminer les paramètres les plus pertinents et d’obtenir les premiers résultats ». Peut-on donc mener quatre ans de recherches pour se rendre compte in fine qu’elles sont biaisées ?

Ces mesures, dont l’interprétation « doit être faite avec précaution », indiquent notamment : une fréquence de 15 % de maladies chroniques, 11 % de cas d’anémie, et 14% de retards de développement psychomoteur variant de « significatif » à « fort » dans le cas d’enfants vivant en conditions « non satisfaisantes ».

Dans ce flou artistique, face à des interlocuteurs gênés, un troisième son de cloche se fait entendre de la part de la société civile : des résultats auraient déjà été présentés à l’ensemble des participants au projet CORE (COopération pour la REhabilitation, qui comprenait ce volet sanitaire ainsi que trois autres thématiques) mais leur publication a été bloquée « pour ne pas rajouter du stress aux parents ».

Peut-on avoir accès à ces résultats initiaux ? Au séminaire étape organisé en Biélorussie ? Peut-on au moins recevoir un rapport final d’évaluation du groupe CORE santé à destination des financeurs ? Aucune réponse, si ce n’est les deux posters présentés discrètement dans des colloques sur la radioprotection, après passage dans un tamis à la maille très fine… L’histoire ne dit pas qui a choisi la maille.

La transparence reste donc bien l’Arlésienne du nucléaire. Au Japon, suite à Fukushima, le gouvernement a promulgué des lois « secret défense » liberticides et directement dirigées contre les lanceurs d’alerte, balayant d’un revers de main tous les beaux discours d’ouverture au public.

En France, 28 ans après Tchernobyl, on évite désormais de mentir de manière trop flagrante à la population. On omet simplement de lui transmettre des informations qui pourraient permettre de juger en connaissance de cause des dangers du nucléaire.

Articles similaires :

Tags: , ,

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Dernière vidéo :
  • Communiqué de presse – Strasbourg, 13 novembre 2018

    Avec son objectif d’atteindre la neutralité nette des gaz à effet de serre (GES) dans la seconde moitié de ce siècle, l’Accord de Paris a été salué comme l’accord sur le climat le plus ambitieux à ce jour. Mais il ne peut être ambitieux et efficace seulement si les politiques suivent. Ce mardi 13 novembre 2018, le Parlement européen a approuvé l’accord sur la gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique (+475/-100/Abst 33).  Il ancre le concept de ‘budget carbone’ à l’horizon 2050 dans la législation de l’UE en soulignant la nécessité de parvenir le plus tôt possible à une économie zéro nette émissions.

    Réaction de Michèle Rivasi, eurodéputée du groupe des Verts/ALE et co-rapporteur sur la gouvernance de l’Union de l’énergie réagit :

     

    « Ce règlement va nous permettre de s’orienter vers l’Accord de Paris. Tous les pays de l’UE devront désormais établir des plans d’action nationaux conformes à l’objectif de l’Accord de Paris, qui est de maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 °C, pour atteindre une température de 1,5 °C. Pour la première fois, nous avons ancré dans le droit de l’Union la nécessité de parvenir le plus tôt possible à zéro nette émissions de gaz à effet de serre.

    C’est une première, les objectifs 2030 pour le climat (les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique) devront être alignés sur un budget carbone de l’UE et une stratégie climatique et énergétique à long terme qui soit compatible avec les objectifs de Paris. Cela nécessite de transformer en profondeur les principaux secteurs émetteurs – plutôt que de procéder à des améliorations marginales pour atteindre des objectifs à court terme.

    Cet accord apporte beaucoup de nouveautés dans la législation européenne. Il demande une stratégie européenne et complète sur le méthane, dont l’impact climatique est d’autant plus élevé que la période de référence choisie est courte, étant donné sa coute vie dans l’atmosphère. La gouvernance pointe aussi la pauvreté énergétique qui est un enjeu à ne pas sous-estimer. Aujourd’hui, personne dans l’Union européenne ne devrait avoir à choisir entre se chauffer, se rafraîchir ou manger.

    Cette gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique ouvre la voie à la transparence et à la participation des collectivités locales à construire l’avenir énergétique et climatique de leur pays. L’accès aux informations pertinentes via une plateforme européenne en ligne, ainsi qu’un dialogue permanent avec les parties prenantes dans l’élaboration ou la révision de plans vont permettre de tenir les gouvernements responsables de leurs objectifs.

    A la COP24 à Katowice, l’attention va se porter sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Ces éléments de bonne gouvernance sont essentiels pour la crédibilité de l’Union européenne sur la scène internationale. Nous demandons maintenant à la Commission d’apporter une réponse sérieuse et concrète au changement climatique et de mettre en place une stratégie à long terme conforme à la dernière recommandation scientifique relative aux défis soulevés dans le rapport spécial du GIEC sur 1,5 °C. Il n’y a pas de temps à perdre ! »

    Intervention en plénière le 13 novembre 2018:

    La gouvernance de l’Union de l’énergie est un bel exemple de réussite européenne:

    Vidéo Europarl TV:

    Réaction de Michèle Rivasi sur la Stratégie climat 2050 de la Commission européenne:

    Articles similaires :

Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives