A A

Sommet européen sur l’innovation et l’énergie: le conseil de l’UE continue à se tromper de cibles

04 Fév 2011

Communiqués, Medias

Les conclusions du premier sommet européen de l’année viennent d’être rendues. Ce sommet, notamment consacré aux questions d’innovation et d’énergie, s’avérait épineux avant l’heure puisque la France -accompagnée de la République Tchèque- comptait faire une place particulière au nucléaire dans la lutte contre le changement climatique. En substituant la notion d’énergie faiblement carbonée à celle d’énergie renouvelable, la France aurait réussi le coup de force d’inclure le nucléaire dans l’objectif de 20% d’énergie « propre » à l’horizon 2020. Un coup dans l’eau. Cependant, l’UE continuera à investir dans le nucléaire et la séquestration carbone, au travers du financement des technologies dites à faible émissions carbone.

Une autre surprise attendue éloigne encore un peu plus l’UE de la réalisation de ses objectifs en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. En effet, dans le but d’améliorer l’approvisionnement et l’indépendance énergétique de l’UE, le Conseil souhaite évaluer le potentiel d’extraction et d’utilisation « durable » des énergies fossiles conventionnelles et non conventionnelles (notamment gaz et huile de schiste).

Face à ces conclusions, Michèle RIVASI (députée européenne Europe Ecologie – Les Verts) ne cache pas son amertume:

« Encore une fois les dirigeants des Etats-membre de l’UE nient les seules stratégies qui permettront une véritable sécurité énergétique durable. Bien que l’efficacité énergétique ait été reconnue comme un pilier de la stratégie européenne, les économies d’énergie et les énergies renouvelables vont pâtir de l’enlisement dans la stratégie « toujours plus ». Alors que notre économie doit s’orienter vers une meilleure utilisation des ressources, en découplant développement économique et croissance énergétique, l’UE s’entête dans la course à la production d’énergie ».

Alors que la fronde contre les gaz de schiste ne cesse d’enfler en France, Michèle RIVASI trouve inquiétante les orientations que l’UE souhaite prendre: « En demandant l’évaluation du potentiel des énergies fossiles non conventionnelles, le Conseil de l’UE vient d’admettre le souhait de développer une stratégie insoutenable. Le gaz de schiste ne changera en rien la donne énergétique puisque leur potentiel est évalué à 3-5 % de la totalité des importations de gaz de l’UE à l’horizon 2020. Développer leur potentiel c’est s’orienter vers des investissements coûteux, inutiles et dangereux pour les pays européens. Les énergies fossiles ne sont en aucun cas innovantes et entrent en contradiction avec les objectifs climatiques de l’UE ».

Articles similaires :

Tags: , , , ,

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Dernière vidéo :
Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives