A A

Pour un tandem Eva Joly – Nicolas Hulot en 2012 : sortons de la présidentialisation à outrance et de la bataille d’égo !

12 Avr 2011

Communiqués, Medias

La séquence politique nationale qui s’ouvre (présidentielle – législatives) doit permettre à l’écologie politique de s’ancrer durablement dans le champ politique français en offrant une troisième voie nouvelle face aux deux forces traditionnelles dominantes (PS et UMP) répondant à la fois aux urgences sociales, environnementales et démocratiques.

L’objectif est d’avoir un groupe parlementaire écologiste autonome dans la future Assemblée nationale et de tisser un partenariat avec les forces politiques souhaitant créer une alternative au gouvernement actuel du Président Nicolas Sarkozy.

Europe écologie Les Verts a décidé de désigner un candidat pour porter les couleurs et la voix de l’écologie politique lors de la campagne présidentielle. Des primaires doivent être organisées d’ici le mois de juillet. Je considère que ce processus de désignation citoyenne, s’il est défendable démocratiquement, doit être évité car il ne correspond pas aux valeurs et à ce qui a fait Europe écologie depuis plus de 2 ans. Europe écologie s’est fondé sur l’objectif fondamental de rassemblement du « peuple de l’écologie » dans une logique coopérative. Les primaires et leur dose de compétition et de mise en concurrence de candidats rompent avec cet objectif initial.

Les primaires participent aussi à la logique de personnalisation et de présidentialisation à outrance de la vie politique alors qu’EELV souhaitent justement en sortir en défendant l’émergence d’une 6eme République rééquilibrant les pouvoirs législatif et exécutif, limitant le cumul de mandat et inventant des formes démocratiques plus participatives.

Nous défendons donc l’idée d’un tandem Eva Joly – Nicolas Hulot pour conduire autour d’une équipe (comme lors des européennes) la campagne des présidentielles. Il sera toujours temps le moment venu d’inscrire un candidat officiel.

Ce tandem de deux personnalités nouvelles dans le champ politique et venant d’horizons très différents serait une richesse pour porter le projet de l’écologie sans tomber dans la bataille d’ego et la personnalisation à l’excès.

Ce duo a le mérite d’agréger des profils complémentaires : Eva Joly amène de la crédibilité aux écologistes sur les versants économiques et sociaux (lutte contre la corruption, l’endettement, fiscalité verte, rééquilibrage des rapports Nord Sud…) et éthique (nouvelle gouvernance, exemplarité des élus à la l’heure de la crise démocratique). Nicolas Hulot est un converti à l’écologie qui a cru à la société du « toujours plus » et de la vitesse et qui a progressivement compris l’impasse du libéral – productivisme. Il porte le message environnementaliste et analyse la crise systémique que nous traversons de façon très pédagogique. Il fait le choix de présenter des solutions et que l’écologie est un véritable choix de civilisation en ce sens.

Articles similaires :

Tags: ,

10 Responses to “Pour un tandem Eva Joly – Nicolas Hulot en 2012 : sortons de la présidentialisation à outrance et de la bataille d’égo !”

  1. Thibault dit :

    Merci pour votre excellent communiqué de presse du 11 04 11 sur le tandem Eva Joly – Nicolas Hulot pour sortir de la présidentialisation à outrance.
    Pour moi aussi, coopérateur d’EELV, c’est exactement dans l’esprit de ce que vous avez écrit qu’il faut avancer : il n’y a aucun des deux à éliminer, ce sont deux personnalités formidables et complémentaires qui sont – et seront – très utiles pour la dynamique d’EELV.

  2. Julien51 dit :

    Bonjour,

    Je trouve l’idée FORMIDABLE !Je suis assez jeune et je découvre pas à pas le monde politique…Et j’ai tout de suite était attiré par l’originalité et la créativité d’EELV dans leur façon de faire de la politique…Je pense qu’un tandem écologiste serait un excellent moyen de concentrer nos atouts, et faire un pied de nez à toute la classe politique et médiatique qui définisse les règles et tout cela dans la continuité d’un mouvement pour une société alternatif…

  3. Pierre dit :

    oui bien, mais concrètement qui est candidat dans ce ticket?
    on les laisse se déterminer entre eux à l’ordalie?

  4. Pierre dit :

    j’y reviens à mon ordalie, histoire de rire un peu…

    ici point de chevaliers en armure s’affrontant en champs clos jusqu’au dernier vivant, je vois plutot 10 champions d’eva contre 10 champions d’hulot se houspillant d’arguments dans un bocal géant à Marjolaine, et le premier camps qui arrive à faire fermer sa gueule à l’autre choisit le candidat… vive la primaire primale 🙂

  5. Marie Noël de Visscher dit :

    100 % d’accord , ce choix sutout un an avant les elections est non seuelment impossible pour chacun mais déletére pour notre mouvement encore si jeune et qui ne va à la bataille présidentielle que pour rassembler autour de projets pas d’un homme ou d’une femme. Ce serait formidable d’avoir plusieurs porte parole qui se complètent. C’est ça la vraie vie et celle des citoyens.

    Comment faire toutefois si on est forcé de choisir en juin ?

  6. DE SMET Ghislaine dit :

    Il faut éviter à tout prix une lutte fraticide, je suis très inquiète quand j’entends Yannick Jadot: les Français et Françaises sont épuisé-e-s par les combats de coqs entre les candidat-e-s, UMP, PS…. Il faut qu’EELV se démarque par rapport à ces attitudes: il faut un-e candidat-e à la présidentielle, mais plutôt que des primaires, qui impliquent une concurrence, l’idéal serait qu’Eva et Nicolas s’accordent (moi je dirais Nicolas candidat, Eva à Matignon, car pour le grand public c’est le plus pédagogique (et c’est le grand public qui vote!!). De plus j’ai beaucoup aimé le texte de candidature de Nicolas Hulot: il a beaucoup changé, moi je lui fais confiance, avec Eva qui est là plus pour le fond et lui plus pour communiquer: il faut reconnaitre qu’Eva n’est pas une super communicatrice, Nicolas a plus d’empathie: j’ai rarement vu deux candidats aussi complémentaires, en s’associant, ils pourraient faire passer EELV au second tour, ils seraient de loin les meilleurs à gauche!!

  7. Christophe Rossignol dit :

    Michèle Ce n’est pas un ticket Hulot Joly qu’il faut mais une équipe, c’est ce que nous avons fait lors des dernières européennes et régionales

  8. Jean-Paul Rosfelder dit :

    Hum, pourtant, sauf erreur de ma part, N. Hulot est bien) salarié de TF1, donc de Bouygues (le grand ami de qui ?

    J’ai voté pour vous et ai le plus grand respect pour votre carrière, mais là, il me semble que vous manquez de lucidité. Avez-vous lu ou entendu parler de « Qui a tué l’écologie » de Nicolino ? Cela devrait nous inciter à bien plus de pridence.

    Un électeur parano (?)

  9. Claret Boris dit :

    Merci Michéle de relancer cette alternative. Javais écris il y a quelques temps : Pour sortir de la compétition des primaires.
    Inventer « la politique autrement » c’est trouver d’autres figures…
    Pourquoi pas laisser les primaires égotistes au PS et faire preuve de notre réelle et profonde différence.
    EELV pourrait présenter… un ticket de deux « portes paroles » du mouvement pour les présidentielles. Ils incarneraient hum…blement notre culture de la parité, de la diversité.
    Un duo Eva / Nicolas, ça ne serait pas de trop pour faire partager plus largement nos alternatives…

    Edgar Morin partage sur Inter cette idée d’un « ticket » pour les présidentielles.
    J’avais soumis l’hypothèse d’un « ticket » Eva Joly / Nicolas Hulot comme alternative aux primaires pour EELV. Désormais légitimée par ce penseur qui nous accompagne, cette idées suscitera, je l’espère, plus d’échanges.

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Dernière vidéo :
  • Communiqué de presse – Strasbourg, 13 novembre 2018

    Avec son objectif d’atteindre la neutralité nette des gaz à effet de serre (GES) dans la seconde moitié de ce siècle, l’Accord de Paris a été salué comme l’accord sur le climat le plus ambitieux à ce jour. Mais il ne peut être ambitieux et efficace seulement si les politiques suivent. Ce mardi 13 novembre 2018, le Parlement européen a approuvé l’accord sur la gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique (+475/-100/Abst 33).  Il ancre le concept de ‘budget carbone’ à l’horizon 2050 dans la législation de l’UE en soulignant la nécessité de parvenir le plus tôt possible à une économie zéro nette émissions.

    Réaction de Michèle Rivasi, eurodéputée du groupe des Verts/ALE et co-rapporteur sur la gouvernance de l’Union de l’énergie réagit :

     

    « Ce règlement va nous permettre de s’orienter vers l’Accord de Paris. Tous les pays de l’UE devront désormais établir des plans d’action nationaux conformes à l’objectif de l’Accord de Paris, qui est de maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 °C, pour atteindre une température de 1,5 °C. Pour la première fois, nous avons ancré dans le droit de l’Union la nécessité de parvenir le plus tôt possible à zéro nette émissions de gaz à effet de serre.

    C’est une première, les objectifs 2030 pour le climat (les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique) devront être alignés sur un budget carbone de l’UE et une stratégie climatique et énergétique à long terme qui soit compatible avec les objectifs de Paris. Cela nécessite de transformer en profondeur les principaux secteurs émetteurs – plutôt que de procéder à des améliorations marginales pour atteindre des objectifs à court terme.

    Cet accord apporte beaucoup de nouveautés dans la législation européenne. Il demande une stratégie européenne et complète sur le méthane, dont l’impact climatique est d’autant plus élevé que la période de référence choisie est courte, étant donné sa coute vie dans l’atmosphère. La gouvernance pointe aussi la pauvreté énergétique qui est un enjeu à ne pas sous-estimer. Aujourd’hui, personne dans l’Union européenne ne devrait avoir à choisir entre se chauffer, se rafraîchir ou manger.

    Cette gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique ouvre la voie à la transparence et à la participation des collectivités locales à construire l’avenir énergétique et climatique de leur pays. L’accès aux informations pertinentes via une plateforme européenne en ligne, ainsi qu’un dialogue permanent avec les parties prenantes dans l’élaboration ou la révision de plans vont permettre de tenir les gouvernements responsables de leurs objectifs.

    A la COP24 à Katowice, l’attention va se porter sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Ces éléments de bonne gouvernance sont essentiels pour la crédibilité de l’Union européenne sur la scène internationale. Nous demandons maintenant à la Commission d’apporter une réponse sérieuse et concrète au changement climatique et de mettre en place une stratégie à long terme conforme à la dernière recommandation scientifique relative aux défis soulevés dans le rapport spécial du GIEC sur 1,5 °C. Il n’y a pas de temps à perdre ! »

    Intervention en plénière le 13 novembre 2018:

    Articles similaires :

Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives