Pic de consommation électrique: sobriété et efficacité, les solutions sont aussi simples qu’écologistes

A chaque période de grand froid, la France se retrouve paralysée par l’irresponsabilité de la politique énergétique mise en place et perpétuée par les gouvernements successifs. Le tout-nucléaire associé à une trop forte propension de chauffage électrique handicape fortement les ménages français, tant dans leur confort qu’au niveau de leur porte-monnaie. Une situation que dénoncent pourtant les écologistes depuis longtemps.

Pour Michèle RIVASI, porte-parole d’Eva Joly, cette situation ne peut plus durer et nos gouvernants doivent prendre les mesures les plus simples et les plus efficaces:

« Cette précarité énergétique devrait appeler à une réaction circonstanciée, mais non au lieu de cela, on culpabilise à chaque fois le quidam en l’appelant à faire des efforts. Oui, il faut faire des efforts, mais il faut surtout lutter contre le gaspillage d’électricité: les gisements d’économie sont partout. Le secteur de la publicité notamment devrait être mis à contribution: par exemple, les nouveaux panneaux publicitaires vidéo que l’on peut voir dans le métro parisien consomment chacun autant que six Français, c’est aberrant de ne pas les couper, au moins temporairement, personne ne s’en plaindra. De nombreuses autres enseignes aussi lumineuses qu’inutiles devraient aussi être coupées par civisme, et que dire des milliers de mètres carrés de bureaux éclairés la nuit? Aussi, les municipalités devraient être saisies du problème et limiter l’éclairage public là où il est loin d’être nécessaire. Alors que l’on risque un black-out dans certaines régions, comme PACA ou la Bretagne, rien n’est fait: notre gouvernement est irresponsable. »

Michèle RIVASI insiste particulièrement sur la responsabilité du chauffage électrique: « Actuellement, le chauffage électrique équipe 31% des logements, un record européen, et l’on continue à le favoriser: en 2009, 80% des logements français ont été équipés de chauffage électrique. Pourquoi? Parce-que nos élites réfléchissent à court-terme, pour changer, et parce qu’il faut bien écouler les surplus engendrés par nos centrales nucléaires en temps normal. Le chauffage électrique est le premier responsable des pics de consommation. »

« En fait, le chauffage électrique est surtout avantageux pour les propriétaires puisqu’il est peu cher à l’installation. Par contre c’est l’utilisateur final, le locataire, qui fait les frais du manque d’efficacité énergétique de son logement…parce que le propriétaire n’a pas jugé utile d’investir dans la rénovation thermique. Heureusement, l’étiquetage énergétique dans l’immobilier devrait mener à un changement de stratégie des propriétaires, on l’espère. En attendant, remercions nos voisins suisses et allemands qui nous revendent de l’électricité: la situation serait désespérée autrement. »

Articles similaires :

Commenter

Protected by WP Anti Spam
5 commentaires
Par Michèle Rivasi

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter