A A

Nucléaire: les stress tests européens pointent du doigt la sûreté française

02 Oct 2012

Communiqués, Medias

Alors que la Commission rendra publics demain les résultats des investigations réalisés sur les 134 réacteurs européens opérationnels, des fuites du rapport permettent déjà d’appréhender les risques non pris en compte et le coût de leur intégration obligatoire en France.

La France est justement dans le viseur des stress tests. Alors que le parc nucléaire français représente 40% du parc européen, plus de la moitié des travaux à réaliser au niveau européen devront l’être en France. Pour les eurodéputés EELV, c’est la conséquence logique du sous-investissement chronique de la France en matière de maintenance et de sûreté.

Pour Michèle RIVASI, députée européenne fondatrice de la Criirad spécialiste de la sûreté nucléaire, ce rapport ne fait que confirmer l’augmentation constante des coûts du nucléaire: « Les écologistes, tout comme l’Autorité de Sûreté Nucléaire, connaissaient déjà les défauts de nos vieilles centrales. Plusieurs problèmes ont été pointés du doigt et les plus dangereux notamment. L’absence d’instruments de mesures sismiques performants dans les centrales, qui empêche la mise à l’arrêt automatique en cas de séisme trop fort. Mais aussi et surtout la protection des instruments de secours, qui sont mal protégés en cas d’accident et qui ne pourraient fonctionner correctement. Je pense particulièrement aux générateurs de secours qui visent à faire fonctionner les systèmes de refroidissement en cas de perte d’approvisionnement électrique. Mais n’oublions pas que ces stress tests n’ont été fait qu’a minima, qu’ils n’ont pas permis de détecter les microfissures sur les cuves des réacteurs belges, et qu’ils n’incluent pas les risques terroristes ou de crash d’avion, traités séparément car ils concernent la sécurité et non la sûreté. »

Et l’eurodéputée d’ajouter: « Bref, les travaux seront nombreux et selon les estimations de 30 à 200 millions d’euros devront être consacrés par réacteur. Le coût final sera supérieur à 10 milliards d’euros pour la France. Tirons des leçons simples: décidons de la mise à l’arrêt prioritaire et définitive des centrales les plus vulnérables et les plus anciennes. »

Pour Yannick Jadot, député européen spécialiste des questions énergétiques:« Les résultats de ce rapport ne sont pas une surprise! Il est inquiétant de voir que sur les 19 centrales françaises, toutes souffrent de « défaillances de sécurité  » alors même que sous la pression des lobbys du nucléaire, les autorités n’ont pas pris en compte tous les risques. En effet, elles se sont contentées d’évaluer le risque de voir se produire en France un accident du type de Fukushima (séisme et inondation) alors que nous demandions une analyse exhaustive et approfondie des risques (risques d’incendies, d’explosion, d’actes-malveillants, chute d’un avion, erreurs humaines ou encore combinaison de plusieurs de ces risques…). Aujourd’hui, on se rend bien compte que la sécurité des installations nucléaires est un mythe, a fortiori en France où le manque de transparence est la norme. Non seulement les coûts engendrés par l’entretien du parc nucléaire français n’auront de cesse d’augmenter dans les prochaines années mais en plus la France devra investir très rapidement des centaines de millions d’euros pour en améliorer la sécurité. »

Et l’eurodéputé de conclure: « La seule stratégie responsable est d’inscrire le renforcement de la sécurité et de la sûreté des réacteurs dans une perspective d’élimination du risque nucléaire, c’est à dire une sortie progressive mais définitive. Cette question devra plus que jamais être à l’ordre du jour du grand débat sur l’énergie promis par le Président de la République. »

Articles similaires :

Tags: , , ,

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Dernière vidéo :
  • Communiqué de presse – Strasbourg, 13 novembre 2018

    Avec son objectif d’atteindre la neutralité nette des gaz à effet de serre (GES) dans la seconde moitié de ce siècle, l’Accord de Paris a été salué comme l’accord sur le climat le plus ambitieux à ce jour. Mais il ne peut être ambitieux et efficace seulement si les politiques suivent. Ce mardi 13 novembre 2018, le Parlement européen a approuvé l’accord sur la gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique (+475/-100/Abst 33).  Il ancre le concept de ‘budget carbone’ à l’horizon 2050 dans la législation de l’UE en soulignant la nécessité de parvenir le plus tôt possible à une économie zéro nette émissions.

    Réaction de Michèle Rivasi, eurodéputée du groupe des Verts/ALE et co-rapporteur sur la gouvernance de l’Union de l’énergie réagit :

     

    « Ce règlement va nous permettre de s’orienter vers l’Accord de Paris. Tous les pays de l’UE devront désormais établir des plans d’action nationaux conformes à l’objectif de l’Accord de Paris, qui est de maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 °C, pour atteindre une température de 1,5 °C. Pour la première fois, nous avons ancré dans le droit de l’Union la nécessité de parvenir le plus tôt possible à zéro nette émissions de gaz à effet de serre.

    C’est une première, les objectifs 2030 pour le climat (les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique) devront être alignés sur un budget carbone de l’UE et une stratégie climatique et énergétique à long terme qui soit compatible avec les objectifs de Paris. Cela nécessite de transformer en profondeur les principaux secteurs émetteurs – plutôt que de procéder à des améliorations marginales pour atteindre des objectifs à court terme.

    Cet accord apporte beaucoup de nouveautés dans la législation européenne. Il demande une stratégie européenne et complète sur le méthane, dont l’impact climatique est d’autant plus élevé que la période de référence choisie est courte, étant donné sa coute vie dans l’atmosphère. La gouvernance pointe aussi la pauvreté énergétique qui est un enjeu à ne pas sous-estimer. Aujourd’hui, personne dans l’Union européenne ne devrait avoir à choisir entre se chauffer, se rafraîchir ou manger.

    Cette gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique ouvre la voie à la transparence et à la participation des collectivités locales à construire l’avenir énergétique et climatique de leur pays. L’accès aux informations pertinentes via une plateforme européenne en ligne, ainsi qu’un dialogue permanent avec les parties prenantes dans l’élaboration ou la révision de plans vont permettre de tenir les gouvernements responsables de leurs objectifs.

    A la COP24 à Katowice, l’attention va se porter sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Ces éléments de bonne gouvernance sont essentiels pour la crédibilité de l’Union européenne sur la scène internationale. Nous demandons maintenant à la Commission d’apporter une réponse sérieuse et concrète au changement climatique et de mettre en place une stratégie à long terme conforme à la dernière recommandation scientifique relative aux défis soulevés dans le rapport spécial du GIEC sur 1,5 °C. Il n’y a pas de temps à perdre ! »

    Intervention en plénière le 13 novembre 2018:

    La gouvernance de l’Union de l’énergie est un bel exemple de réussite européenne:

    Vidéo Europarl TV:

    Réaction de Michèle Rivasi sur la Stratégie climat 2050 de la Commission européenne:

    Articles similaires :

Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives