A A

Lyon-Turin et système européen des grands projets jugés par le Tribunal Permanent des Peuples (5-8/11 à Turin)

03 Nov 2015

Medias, Revue de presse

LE PROJET LYON-TURIN ET LE SYSTEME EUROPEEN DES GRANDS PROJETS SERA JUGE A TURIN DU 5 AU 8 NOVEMBRE 2015 PAR LE TRIBUNAL PERMANENT DES PEUPLES

Les sessions du Tribunal : Turin, « Fabbrica delle « e » , corso Trapani 91 à 9h

Le jugement dimanche 8 novembre 2015 – 16h Théatre Magnetto, Almese, rue Avigliana 17

________________________________________

Du 5 au 8 Novembre 2015 à Turin, Italie, le Tribunal Permanent des Peuples (TPP) examinera en séance publique le cas emblématique du projet de la nouvelle ligne ferroviaire entre Lyon et Turin à la suite d’une plainte présentée au TPP en 2014 par l’association Controsservatorio Valsusa (Controbservatoire Valsusa) soutenue par de milliers de citoyens et des dizaines d’organisations et de personnalités du monde entier.

Le TPP est un tribunal d’opinion composé par de juges bénévoles intervenant dans tous les cas où les législations nationales et internationales ne défendent le droits des peuples. A Turin le collège sera formé par dix juges de sept différente nationalités.

Les personnes physiques et morales poursuivies sont les promoteurs des projets et les maitres d’ouvrage, le Gouvernement italien, certains fonctionnaires responsables de sa réalisation, la Commission des pétitions du Parlement européen et le coordinateur européen du Corridor Méditerranéen désigné par la Commission Européenne dans le cadre des infrastructures européennes de transport.

En plus du Lyon-Turin, le TPP examinera d’autres cas de violation des droits démocratiques des citoyens dans lesquels gouvernements et institutions imposent aux territoires la réalisation des dénommés « grands projets » qui impactent lourdement l’argent publique, l’environnement, la santé et la qualité de vie des citoyens.

Le TPP écoutera des témoignages relativement au système des Grands Projet Inutiles et Imposés à travers les exemples du MOSE de Venise, du MUOS de Niscemi, du passage ferroviaire souterrain à Florence, de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, des lignes à GV HS2 (UK) et dans les Pays Basques (Fr et Es), de la nouvelle gare de Stuttgart (De), de la mine d’or à Rosia Montana (Ro) et d’autres cas en Europe et Mexique.

Nous invitons les Médias à assister aux audiences publiques à Turin, afin qu’ils puissent rendre compte à l’opinion publique du contenu de ce procès qui naît de la défense des principes de la justice sociale et de la démocratie.

Le jugement sera lu dimanche 8 novembre 2015 à 16h00 dans le Théâtre Magnetto de Almese, rue Avigliana 17.

Les langues officielles du procès seront l’italien, l’espagnol et le français.

Le Président de l’Association Controbservatoire Valsusa
(Livio Pepino)

info(at)controsservatoriovalsusa.org

Contact: paolo.prieri(at)gmail.com +39 320 265 9560

Articles similaires :

Tags: , ,

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Dernière vidéo :
  • Communiqué de presse – Strasbourg, 13 novembre 2018

    Avec son objectif d’atteindre la neutralité nette des gaz à effet de serre (GES) dans la seconde moitié de ce siècle, l’Accord de Paris a été salué comme l’accord sur le climat le plus ambitieux à ce jour. Mais il ne peut être ambitieux et efficace seulement si les politiques suivent. Ce mardi 13 novembre 2018, le Parlement européen a approuvé l’accord sur la gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique (+475/-100/Abst 33).  Il ancre le concept de ‘budget carbone’ à l’horizon 2050 dans la législation de l’UE en soulignant la nécessité de parvenir le plus tôt possible à une économie zéro nette émissions.

    Réaction de Michèle Rivasi, eurodéputée du groupe des Verts/ALE et co-rapporteur sur la gouvernance de l’Union de l’énergie réagit :

     

    « Ce règlement va nous permettre de s’orienter vers l’Accord de Paris. Tous les pays de l’UE devront désormais établir des plans d’action nationaux conformes à l’objectif de l’Accord de Paris, qui est de maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 °C, pour atteindre une température de 1,5 °C. Pour la première fois, nous avons ancré dans le droit de l’Union la nécessité de parvenir le plus tôt possible à zéro nette émissions de gaz à effet de serre.

    C’est une première, les objectifs 2030 pour le climat (les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique) devront être alignés sur un budget carbone de l’UE et une stratégie climatique et énergétique à long terme qui soit compatible avec les objectifs de Paris. Cela nécessite de transformer en profondeur les principaux secteurs émetteurs – plutôt que de procéder à des améliorations marginales pour atteindre des objectifs à court terme.

    Cet accord apporte beaucoup de nouveautés dans la législation européenne. Il demande une stratégie européenne et complète sur le méthane, dont l’impact climatique est d’autant plus élevé que la période de référence choisie est courte, étant donné sa coute vie dans l’atmosphère. La gouvernance pointe aussi la pauvreté énergétique qui est un enjeu à ne pas sous-estimer. Aujourd’hui, personne dans l’Union européenne ne devrait avoir à choisir entre se chauffer, se rafraîchir ou manger.

    Cette gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique ouvre la voie à la transparence et à la participation des collectivités locales à construire l’avenir énergétique et climatique de leur pays. L’accès aux informations pertinentes via une plateforme européenne en ligne, ainsi qu’un dialogue permanent avec les parties prenantes dans l’élaboration ou la révision de plans vont permettre de tenir les gouvernements responsables de leurs objectifs.

    A la COP24 à Katowice, l’attention va se porter sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Ces éléments de bonne gouvernance sont essentiels pour la crédibilité de l’Union européenne sur la scène internationale. Nous demandons maintenant à la Commission d’apporter une réponse sérieuse et concrète au changement climatique et de mettre en place une stratégie à long terme conforme à la dernière recommandation scientifique relative aux défis soulevés dans le rapport spécial du GIEC sur 1,5 °C. Il n’y a pas de temps à perdre ! »

    Intervention en plénière le 13 novembre 2018:

    La gouvernance de l’Union de l’énergie est un bel exemple de réussite européenne:

    Vidéo Europarl TV:

    Réaction de Michèle Rivasi sur la Stratégie climat 2050 de la Commission européenne:

    Articles similaires :

Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives