A A

Distilbène : un espoir pour les victimes

07 Mar 2014

Communiqués, Medias

La justice a condamné le 6 mars dernier le laboratoire UCB Pharma à indemniser deux femmes victimes du Distilbène, un médicament prescrit en France entre 1950 et 1977 censé prévenir les risques de prématurité et traiter les hémorragies de la grossesse mais qui s’est avéré responsable de cancers et de malformations de l’appareil génital.

Pour Michèle Rivasi, députée européenne EELV engagée sur les questions de santé, la décision du tribunal de Nanterre est un véritable pas en avant. « Le fait qu’un laboratoire soit condamné à verser des dommages et intérêts à des femmes exposées à ce médicament pendant leur grossesse montre bien que le lien entre la prise de ce médicament et leurs pathologies a été prouvé. Pas moins d’une centaine de milliers d’enfants Distilbène exposés dans le ventre de leur mère sont concernés, car cette molécule nocive se transmet de génération en génération, un véritable perturbateur endocrinien qui empoisonne lentement mais sûrement et des années après.

Cette condamnation doit rappeler à la France que nous attendons toujours qu’elle publie sa stratégie nationale contre les perturbateurs endocriniens. Après de nombreux travaux, une consultation publique qui s’est achevée en septembre dernier, ONG et élus impliqués s’interrogent toujours sur la suite que le gouvernement compte donner à cette stratégie. A ce jour, nous n’avons reçu aucune réponse à la lettre envoyée au Premier ministre en janvier dernier. Faut-il attendre qu’il y ait toujours plus de victimes de ces molécules dangereuses pour enfin agir? Même attente du côté de la Commission européenne, qui ne peut plus ignorer les menaces de recours en carence de la Suède. Les citoyens européens veulent connaître les raisons qui poussent la Commission européenne à reporter sine die l’annonce des critères scientifiques retenus pour définir ces substances chimiques qui perturbent le système hormonal. »

Articles similaires :

Tags: , ,

One Response to “Distilbène : un espoir pour les victimes”

  1. DES Daughter dit :

    Merci Michèle pour ce post.
    Il crucial que les médecins et politiques n’associent pas le DES à de l’histoire ancienne, car c’est le présent et d’autres conséquences futures à venir.

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Dernière vidéo :
Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives