A A

Dépêche AFP – Sous le même toit, industriels du médicament et détracteurs plaident leur cause

03 Juil 2015

Medias, Revue de presse

Agence France Presse ECOFI, Juliette MICHEL, 2 Juillet 2015 18:10

Les Entreprises du médicament (Leem) et certains détracteurs se sont retrouvés sous le même toit mais chacun de leur côté à Paris jeudi, les premiers plaidant pour une « réinvention » du système de soins face aux innovations, les seconds dénonçant la « démission du politique face au lobby pharmaceutique ».

Le Leem organisait au « Carreau du Temple » ses premières universités d’été, baptisées PharmaCité. Devant plusieurs centaines de personnes, son président Patrick Errard y a plaidé pour une « réinvention » du système de soins, bouleversé par l’irruption de nouvelles pratiques, des biotechnologies, des start-ups, du numérique.

« L’accélération des connaissances, les progrès technologiques majeurs, et le décloisonnement de notre industrie, qui s’ouvre à d’autres domaines que la médecine, appellent aujourd’hui à un véritable choc de conscience », a-t-il affirmé.

Toute l’organisation du système de soins doit être, selon lui, repensée pour mieux prendre en compte l’évolution même de l’exercice de la médecine, entre recours croissant à l’ambulatoire ou développement de l’automédication, les nouveaux moyens technologiques et les thérapeutiques permises par « les progrès de l’immunothérapie, des biomarqueurs, des nanotechologies ».

Parallèlement, face à la multiplication de protocoles de soins « individualisés, multiples, combinatoires, interagissant avec l’informatisation, l’automatisation et la prévention », l’évaluation des médicaments doit être « plus pragmatique », a-t-il défendu.

Pour éviter la « logique absurde de +tout baisse des prix+ », M. Errard a par ailleurs plaidé pour « un juste équilibre entre l’efficience » des solutions thérapeutiques mises sur le marché par les industriels, « la régulation des dépenses et le financement » du système de soins.

– ‘Racket des labos’ –

Dans les mêmes locaux, mais dans une salle à part, une dizaine de représentants d’associations emmenés par l’eurodéputée EELV Michèle Rivasi ont profité des ces rencontres pour dénoncer le « racket des laboratoires pharmaceutiques ».

Depuis les années 1990, leur priorité « n’est plus de faire des médicaments innovants mais aussi de rétribuer leurs actionnaires », a déploré Mme Rivasi en appelant à une « reprise du politique sur les laboratoires pharmaceutiques »: « On n’est pas contre l’industrie, mais cette industrie là a pris un pouvoir démentiel ».

Les conflits d’intérêt dans les organismes chargés d’évaluer l’intérêt des médicaments et d’en négocier les prix sont « énormes ». Résultat: les dépenses en médicaments de la Sécurité sociale « culminent à 34 milliards d’euros en France contre 18 milliards d’euros en Italie », a-t-elle assuré.

Avec l’arrivée de nouveaux médicaments, très coûteux, comme le Solvadi contre l’hépatite C, « on découvre que des problématiques du Sud sont devenues des problématiques du Nord, avec des barrières financières et un triage des patients » pouvant recevoir le traitement, a relevé de son côté Olivier Maguet, de Médecins du Monde.

Les nouvelles technologies vantées par les industriels ne sont pas forcément la panacée, a par ailleurs avancé Philippe De Chazournes, président de l’association Med’Ocean et généraliste à La Réunion.

Ainsi le programme « Territoire de soins numérique » qui vise à expérimenter les technologies innovantes en matière d’e-santé, va surtout bénéficier selon lui aux sociétés de conseil informatique chargés de sa mise en place et aux fabriquant d’objets connectés. Surtout, « on devient tous des malades potentiels, on va vers une surmédicalisation », a-t-il déploré.

Les promesses enivrantes des nouvelles technologies dans la santé, les espoirs placés dans l’intelligence artificielle de Google ou le séquençage de l’ADN, sont toutefois, pour la plupart, loin d’aboutir, a avancé Paul Seabright, un économiste de la Toulouse School of Economics qui intervenait aux rencontres du Leem.

« L’utilisation des technologies dans le secteur médical progresse finalement très très lentement », a-t-il remarqué. Ainsi le recours aux biomarqueurs pour mieux dépister les cancers du sein ou des ovaires est possible depuis 10 ans mais reste marginal.

Pour l’industrie pharmaceutique, savoir mieux cibler les pathologies des patients signifie aussi « réduire la taille de marché de chaque traitement », a relevé M. Seabright. Quant au système actuel des brevets, il favorise largement le développement de traitements curatifs dont « l’efficacité va pouvoir être montré en 2 ou 3 ans en essais clinique » contre « 12 à 15 ans pour un traitement préventif ».

Pour se développer « chaque technologie a besoin d’un champion », a conclu le spécialiste. Mais face au manque d’incitations, « il n’existe pas toujours ».

Articles similaires :

Tags: , ,

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Dernière vidéo :
  • Communiqué de presse – Strasbourg, 13 novembre 2018

    Avec son objectif d’atteindre la neutralité nette des gaz à effet de serre (GES) dans la seconde moitié de ce siècle, l’Accord de Paris a été salué comme l’accord sur le climat le plus ambitieux à ce jour. Mais il ne peut être ambitieux et efficace seulement si les politiques suivent. Ce mardi 13 novembre 2018, le Parlement européen a approuvé l’accord sur la gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique (+475/-100/Abst 33).  Il ancre le concept de ‘budget carbone’ à l’horizon 2050 dans la législation de l’UE en soulignant la nécessité de parvenir le plus tôt possible à une économie zéro nette émissions.

    Réaction de Michèle Rivasi, eurodéputée du groupe des Verts/ALE et co-rapporteur sur la gouvernance de l’Union de l’énergie réagit :

     

    « Ce règlement va nous permettre de s’orienter vers l’Accord de Paris. Tous les pays de l’UE devront désormais établir des plans d’action nationaux conformes à l’objectif de l’Accord de Paris, qui est de maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 °C, pour atteindre une température de 1,5 °C. Pour la première fois, nous avons ancré dans le droit de l’Union la nécessité de parvenir le plus tôt possible à zéro nette émissions de gaz à effet de serre.

    C’est une première, les objectifs 2030 pour le climat (les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique) devront être alignés sur un budget carbone de l’UE et une stratégie climatique et énergétique à long terme qui soit compatible avec les objectifs de Paris. Cela nécessite de transformer en profondeur les principaux secteurs émetteurs – plutôt que de procéder à des améliorations marginales pour atteindre des objectifs à court terme.

    Cet accord apporte beaucoup de nouveautés dans la législation européenne. Il demande une stratégie européenne et complète sur le méthane, dont l’impact climatique est d’autant plus élevé que la période de référence choisie est courte, étant donné sa coute vie dans l’atmosphère. La gouvernance pointe aussi la pauvreté énergétique qui est un enjeu à ne pas sous-estimer. Aujourd’hui, personne dans l’Union européenne ne devrait avoir à choisir entre se chauffer, se rafraîchir ou manger.

    Cette gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique ouvre la voie à la transparence et à la participation des collectivités locales à construire l’avenir énergétique et climatique de leur pays. L’accès aux informations pertinentes via une plateforme européenne en ligne, ainsi qu’un dialogue permanent avec les parties prenantes dans l’élaboration ou la révision de plans vont permettre de tenir les gouvernements responsables de leurs objectifs.

    A la COP24 à Katowice, l’attention va se porter sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Ces éléments de bonne gouvernance sont essentiels pour la crédibilité de l’Union européenne sur la scène internationale. Nous demandons maintenant à la Commission d’apporter une réponse sérieuse et concrète au changement climatique et de mettre en place une stratégie à long terme conforme à la dernière recommandation scientifique relative aux défis soulevés dans le rapport spécial du GIEC sur 1,5 °C. Il n’y a pas de temps à perdre ! »

    Intervention en plénière le 13 novembre 2018:

    La gouvernance de l’Union de l’énergie est un bel exemple de réussite européenne:

    Vidéo Europarl TV:

    Réaction de Michèle Rivasi sur la Stratégie climat 2050 de la Commission européenne:

    Articles similaires :

Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives