A A

Au Japon, les victimes du Gardasil ont la parole

26 Fév 2014

Communiqués, Medias

Se tient actuellement à Tokyo au Japon un symposium international sur les effets indésirables du Gardasil/Ceravix, ce vaccin anti-papillomavirus humain, virus responsable du cancer du col de l’utérus (1). Ce colloque, organisé par « The Researchers’ Organization Sounding a Warning concerning the Adverse Reactions induced by Human Papillomavirus Vaccines » et divers scientifiques japonais et internationaux (2) a donné la parole à des milliers de jeunes femmes et leurs familles à travers le monde qui ont subi des effets secondaires graves, allant parfois jusqu’à la mort, après l’injection de ce vaccin.

Pour Michèle Rivasi, députée européenne Vice Présidente du groupe des Verts/ALE, ce genre d’évènement scientifique est de la plus haute importance, car il permet aux victimes, épaulées par des scientifiques indépendants, de faire entendre leur voix : « c’est la première fois que des représentants officiels de gouvernements se montrent ouverts à la discussion sur les pratiques de vaccination. Au Japon, depuis 2009, 1.968 cas d’effets indésirables graves ont été diagnostiqués et notifiés aux laboratoires GlaxoSmitKline et Merck, auteurs des vaccins, c’est pourquoi le Ministère japonais de la Santé a décidé le 14 juin dernier de ne plus recommander la vaccination anti-HPV des jeunes filles. Aux Etats-Unis selon l’office gouvernemental chargé de surveiller les incidents liés aux vaccins (Vaccine Adverse Event Reporting System), on compte 149 décès de filles ou de garçons ayant reçu des injections de ce vaccins et 11.054 cas d’hospitalisations en services d’urgence… Pendant ce temps là, en France, le Président Hollande annonçait début février dernier vouloir doubler la couverture vaccinale contre le cancer du col de l’utérus. Comment peut-on faire l’apologie d’un vaccin dangereux et hors de prix alors que l’on dispose de moyens de prévention efficaces : frottis, préservatif et éducation sexuelle (puisqu’il s’agit d’une infection sexuellement transmissible)? Espérons que ces rencontres scientifiques au Japon feront bouger les lignes au niveau européen également.« 

La députée européenne, tout en rappelant ne pas être « anti-vaccins », envisage une action européenne sur les dangers du Gardasil courant mars 2014. Plus d’informations à venir prochainement.

(1) Le Gardasil est vendu en Europe par Sanofi Pasteur MSD et par Merck dans le reste du monde, et le Cervarix appartient au laboratoire anglais GSK, qui le produit notamment sur le site de Saint-Amand-Les-Eaux, dans le Nord-Pas-De-Calais. Le Gardasil a généré 1,6 milliard de dollars de chiffre d’affaires en 2012 pour Merck et Ceravix a rapporté 428 millions de dollars à GSK.

(2) notamment le Dr Harumi Sakai , ancien professeur à l’École de médecine de l’Université de Tokai, M. Shohei Matsuzaki , professeur émérite à l’École de médecine de l’Université de Tokai, Franҫois-Jerome Authier, MD, Universite Paris XII, Systeme Hospital Henri Mondor de Paris, Lucija Tomljenovic, PhD, Research Associate, British Columbia University, Canada, Mirna Hajjar, MD, Department of Neurology, Hartford Hospital, Hartford Connecticut

Articles similaires :

Tags: , ,

One Response to “Au Japon, les victimes du Gardasil ont la parole”

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Dernière vidéo :
Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives