A A

Alerte au gaz nauséabond de Paris à la côte anglaise (Les Echos)

23 Jan 2013

Medias, Revue de presse

22/01 | 20:43

L’exploitation de l’usine Lubrizol a été arrêtée « Plusieurs jours » pour stopper les émanations, dit Batho

Un nuage de gaz nauséabond que le gouvernement affirme sans danger à faible dose a submergé la région parisienne dans la nuit de lundi à mardi et atteint le sud-est du Royaume-Uni, à la suite d’un incident chimique dans une usine de Seine-Maritime.

L’exploitation de l’usine Lubrizol de Rouen a été arrêtée et les premiers traitements pour tenter de stopper les émanations devraient intervenir mardi soir, a indiqué le préfet de Seine-Maritime, Pierre-Henry Maccioni.

La ministre de l’Ecologie, Delphine Batho, a déclaré mardi soir, à son arrivée sur le site, que l’opération prendrait « peut-être plusieurs jours ». « Je préfère que l’on prenne du temps plutôt que l’on prenne des risques », a-t-elle expliqué aux journalistes.
Les émanations de gaz étaient toujours actives mardi soir.

Pour Michèle Rivasi, députée européenne d’Europe Ecologie-Les Verts, l’inhalation du mercaptan n’est pas sans danger pour les personnes fragiles et les autorités ont failli au principe de précaution en n’alertant pas les riverains dès lundi.

Les odeurs de mercaptan ressenties de Rouen à Paris ont déclenché une vague d’appels de milliers d’habitants inquiets vers les services d’urgence.
Dans le Kent, au sud de Londres, les pompiers ont invité les habitants à laisser portes et fenêtres fermées en raison d’un nuage de gaz venu de France.

Pierre-Henry Maccioni a expliqué avoir demandé à la direction de l’usine de présenter un nouveau protocole détaillant le processus de neutralisation de la réaction chimique, qui s’est produite dans une cuve de 35 tonnes.

RISQUES « LIMITÉS »

« Nous devrions arriver à un accord pour commencer un premier traitement du contenu du bas dès cette nuit », a-t-il dit.
« Nous sommes arrivés à une solution qui limite très fortement » les risques, a-t-il ajouté, précisant que les résultats des six analyses effectuées aux abords du site étaient « tous négatifs ».

Pour permettre ces opérations, le 16e de finale de la Coupe de France de football qui devait opposer mardi soir Rouen à l’Olympique de Marseille, a été reportée.

Des rejets peuvent en effet se produire pendant le processus de neutralisation et le stade, qui devait accueillir 10.000 personnes « à ciel ouvert », ne se trouve qu’à deux kilomètres de l’usine.

Le mercaptan, un composé soufré donnant des odeurs nauséabondes de sueur, d’ail, voire d’oeuf pourri, est associé au gaz de ville afin de permettre de sentir une fuite qui serait autrement inodore et d’éviter les accidents.

Il est classé dans la liste des produits « toxiques par inhalation » et « dangereux pour l’environnement ».

EN DESSOUS DES SEUILS SANITAIRES

Mais les seuils auxquels sont soumis les riverains « sont très en dessous des seuils ayant un impact sanitaire », affirment les ministères de l’Intérieur, de l’Ecologie dans un communiqué.

« Le seuil sanitaire est en effet 20.000 fois supérieur à son seuil olfactif, expliquant les désagréments qui ont pu intervenir du fait d’odeurs incommodantes », expliquent-ils

Classée Seveso, l’usine Lubrizol de Rouen, créée en 1954, fabrique des additifs qui servent à enrichir les huiles, les carburants ou les peintures industrielles.

Pierre-Jean Payrouse, le directeur des opérations internes de l’usine Lubrizol, a expliqué sur RTL qu’il ne s’agissait pas d’une fuite mais d’un produit qui s’était décomposé dans une cuve en raison d’une « élévation anormale de température », pour des raisons qui n’ont pas encore été élucidées.

Selon lui, le produit rejeté est « non toxique » aux concentrations actuelles. « La meilleure preuve, c’est qu’il est utilisé pour les boules puantes », a-t-il dit.

Il a confirmé qu’un incident du même type s’était déjà produit dans l’usine dans les années 1990, précisant que les systèmes de sécurité et de traitement avaient été renforcés.

Michèle Rivasi regrette de son côté que les autorités soient parties du principe que la concentration en gaz était suffisamment basse pour ne pas déclencher d’alerte.

« Il ne s’agit là que d’un calcul lié à une valeur limite d’exposition pour des individus bien portants. La fiche toxicologique du méthanetiol (nom chimique du mercaptan) n’a rien de rassurant: il est toxique par inhalation », affirme-t-elle dans un communiqué.

Les habitants de Rouen ne semblent avoir ressenti l’odeur nauséabonde qu’assez tard, lundi soir, en raison de vents tourbillonnants. En outre, beaucoup se disent habitués aux odeurs émises par les entreprises locales.

Articles similaires :

Tags: , ,

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Dernière vidéo :
  • Communiqué de presse – Strasbourg, 13 novembre 2018

    Avec son objectif d’atteindre la neutralité nette des gaz à effet de serre (GES) dans la seconde moitié de ce siècle, l’Accord de Paris a été salué comme l’accord sur le climat le plus ambitieux à ce jour. Mais il ne peut être ambitieux et efficace seulement si les politiques suivent. Ce mardi 13 novembre 2018, le Parlement européen a approuvé l’accord sur la gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique (+475/-100/Abst 33).  Il ancre le concept de ‘budget carbone’ à l’horizon 2050 dans la législation de l’UE en soulignant la nécessité de parvenir le plus tôt possible à une économie zéro nette émissions.

    Réaction de Michèle Rivasi, eurodéputée du groupe des Verts/ALE et co-rapporteur sur la gouvernance de l’Union de l’énergie réagit :

     

    « Ce règlement va nous permettre de s’orienter vers l’Accord de Paris. Tous les pays de l’UE devront désormais établir des plans d’action nationaux conformes à l’objectif de l’Accord de Paris, qui est de maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 °C, pour atteindre une température de 1,5 °C. Pour la première fois, nous avons ancré dans le droit de l’Union la nécessité de parvenir le plus tôt possible à zéro nette émissions de gaz à effet de serre.

    C’est une première, les objectifs 2030 pour le climat (les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique) devront être alignés sur un budget carbone de l’UE et une stratégie climatique et énergétique à long terme qui soit compatible avec les objectifs de Paris. Cela nécessite de transformer en profondeur les principaux secteurs émetteurs – plutôt que de procéder à des améliorations marginales pour atteindre des objectifs à court terme.

    Cet accord apporte beaucoup de nouveautés dans la législation européenne. Il demande une stratégie européenne et complète sur le méthane, dont l’impact climatique est d’autant plus élevé que la période de référence choisie est courte, étant donné sa coute vie dans l’atmosphère. La gouvernance pointe aussi la pauvreté énergétique qui est un enjeu à ne pas sous-estimer. Aujourd’hui, personne dans l’Union européenne ne devrait avoir à choisir entre se chauffer, se rafraîchir ou manger.

    Cette gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique ouvre la voie à la transparence et à la participation des collectivités locales à construire l’avenir énergétique et climatique de leur pays. L’accès aux informations pertinentes via une plateforme européenne en ligne, ainsi qu’un dialogue permanent avec les parties prenantes dans l’élaboration ou la révision de plans vont permettre de tenir les gouvernements responsables de leurs objectifs.

    A la COP24 à Katowice, l’attention va se porter sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Ces éléments de bonne gouvernance sont essentiels pour la crédibilité de l’Union européenne sur la scène internationale. Nous demandons maintenant à la Commission d’apporter une réponse sérieuse et concrète au changement climatique et de mettre en place une stratégie à long terme conforme à la dernière recommandation scientifique relative aux défis soulevés dans le rapport spécial du GIEC sur 1,5 °C. Il n’y a pas de temps à perdre ! »

    Intervention en plénière le 13 novembre 2018:

    Articles similaires :

Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives