Abus de position dominante de Servier : les amendes ne suffiront pas, le système de rentes par brevets doit cesser

Aujourd’hui, la Commission européenne a infligé une amende de 427, 7 millions d’euros au laboratoire Servier et à cinq fabricants de médicaments génériques pour abus de position dominante sur le Périndopril, un médicament cardiovasculaire : ils ont ensemble ralenti l’arrivée sur le marché de concurrents moins chers.

Réaction de Michèle Rivasi, Vice-présidente du groupe des Verts/ALE et membre de la commission ENVI (environnement, santé et sécurité alimentaire) : « Je me réjouis qu’au sein de la Commission européenne, la direction générale de la concurrence joue son rôle et mène les procédures comme celle-ci à leur terme, malgré des pressions vraisemblablement très nombreuses.

Cependant, ce genre de pratique commerciale n’est pas isolée. En mars 2014, l’autorité antitrust italienne avait condamné les laboratoires Novartis et Roche à 182,5 millions d’euros d’amendes pour entente illicite sur l’Avastin et le Lucentis, médicaments utilisés dans le traitement de la dégénérescence maculaire liée à l’âge. »

L’eurodéputée de conclure : « il n’y a aucune raison que ce phénomène ne s’arrête tant que le système de production de médicaments restera entièrement aux mains de l’industrie pharmaceutique, dont l’objectif premier n’est pas la sécurité et l’accessibilité de traitements répondant à des besoins réels mais bien au contraire la sécurisation de rentes procurées par les brevets.

Au Parlement européen, les écologistes œuvrent à la transformation du système, pour que les médicaments soient produits dans le cadre de partenariats publics-privés avec appels d’offre, pour que le public décide des innovations prioritaires, en fonction des besoins réels pour préserver la santé des populations et le système de protection sociale. »

Articles similaires :

Commenter

Protected by WP Anti Spam
Par Michèle Rivasi

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter