A A

Perturbateurs endocriniens : les preuves s’accumulent et la Commission européenne ne fait rien

En décembre 2012, un rapport de l’INSERM faisait déjà état « des sérieux problèmes de sante publique qui découlent de la grande vulnérabilité de la sphère reproductrice vis-à-vis de nombreux agents » tels que les perturbateurs endocriniens comme les pesticides, les plastiques alimentaires ou les polluants atmosphériques.

Cette même année, des rapports de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) mettaient en lumière les dangers que font peser sur la santé ces perturbateurs endocriniens et c’est maintenant au tour de l’International Journal of Gynecology and Obstetric, revue publiée par la Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique (FIGO) d’insister sur les risques sanitaires que font peser ces substances sur les êtres humains.

Comme le rappelle le journal Le Monde ce jeudi 1er octobre, la FIGO affirme dans sa publication que l’« on trouve la trace de polluants organiques persistants chez des femmes enceintes et allaitantes dans le monde entier ».

Réaction de l’eurodéputée écologiste Michèle Rivasi :

« Depuis plusieurs années, les preuves s’accumulent dans le monde entier sur les conséquences que font peser des perturbateurs endocriniens comme les pesticides, les plastiques alimentaires ou les polluants atmosphériques sur la santé des citoyens.
Tous ces éléments ne semblent pas inquiéter la Commission européenne qui aurait dû définir un cadre règlementaire encadrant les perturbateurs endocriniens dès fin 2013 et qui n’a toujours pas rendu sa copie. La Commission se comporte comme un cancre au fond de la classe qui préfère rire avec ses copains qui l’empêchent de bien travailler. Et l’on ne sait que trop bien qui sont les copains de la Commission : les grands lobbies industriels. Ces mêmes lobbies comme PlasticsEurope qui veulent s’attaquer à la législation française sur l’interdiction du Bisphénol A dans les contenants alimentaires.
Les écologistes au Parlement européen ne relâcheront jamais la pression sur la Commission pour qu’un cadre européen strict soit défini et empêche les lobbies en tout genre de balayer les législations nationales qui protègent les populations mais gênent les industriels dans leur course sans limite après le profit
. »

Articles similaires :

Tags: , ,

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives