A A

Obésité:lettre à la Commission européenne sur le médicament Mysimba/Contrave

Brussels, 20 January 2015

Dear Commissioner Andriukaitis,

On 18 December 2014, despite a negative opinion by France and Ireland, the Committee for Medicinal Products for Human Use (CHMP) at the European Medicines Agency adopted a positive opinion, recommending the granting of a marketing authorisation for the medicinal product « Mysimba », 8 mg / 90 mg, prolonged-release tablet, intended as an adjunct to a reduced-calorie diet and increased physical activity, for the management of weight in adult patients. The decision of the Commission is now pending.

By writing to you today, I would like to urge you not to give the green light to this new medicine, mainly for two reasons:

1) by all means possible, the European Union has the duty to avoid repeating errors from the past: if we want to avoid a new Mediator scandal we should not authorize a new drug containing a molecula close to amphetamins, namely buprupion, the main active substance in « Mysimba »

2) in the US, this new drug was approved by the FDA under another name, « Contrave », but only under the condition that a long term study is undertaken. The results will be known only by 2022. For now, you can find the following very alarming information on the website of the company itself:

« CONTRAVE can cause serious side effects of suicidal thoughts or actions. One of the ingredients in CONTRAVE is bupropion HCl. Bupropion has caused some people to have suicidal thoughts or actions or unusual changes in behavior, whether or not they are taking medicines used to treat depression. Bupropion may increase suicidal thoughts or actions in some children, teenagers, and young adults within the first few months of treatment. If you already have depression or other mental illnesses, taking bupropion may cause it to get worse, especially within the first few months of treatment. »

If patients commit suicide after Mysimba/Contave intake, it will be impossible to know whether it was due to the medicine, which will by definition compromise any objective and comprehensive study on the long term effects: those side effects will be uncountable.

In order to avoid a new scandal that will, once again, put EU citizens into unnecessary danger and in the end harm their confidence in the EU institutions, I count on your great sense of responsibility. Instead, the Commission should invest in obesity prevention, taking the necessary action to promote balanced diets and physical activity, but also addressing important risk factors such as endocrine disrupting chemicals and food additives.

Yours faithfully,
Michèle Rivasi (MEP Greens/EFA)

Articles similaires :

Tags: , ,

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Dernière vidéo :
  • Communiqué de presse – Strasbourg, 13 novembre 2018

    Avec son objectif d’atteindre la neutralité nette des gaz à effet de serre (GES) dans la seconde moitié de ce siècle, l’Accord de Paris a été salué comme l’accord sur le climat le plus ambitieux à ce jour. Mais il ne peut être ambitieux et efficace seulement si les politiques suivent. Ce mardi 13 novembre 2018, le Parlement européen a approuvé l’accord sur la gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique (+475/-100/Abst 33).  Il ancre le concept de ‘budget carbone’ à l’horizon 2050 dans la législation de l’UE en soulignant la nécessité de parvenir le plus tôt possible à une économie zéro nette émissions.

    Réaction de Michèle Rivasi, eurodéputée du groupe des Verts/ALE et co-rapporteur sur la gouvernance de l’Union de l’énergie réagit :

     

    « Ce règlement va nous permettre de s’orienter vers l’Accord de Paris. Tous les pays de l’UE devront désormais établir des plans d’action nationaux conformes à l’objectif de l’Accord de Paris, qui est de maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 °C, pour atteindre une température de 1,5 °C. Pour la première fois, nous avons ancré dans le droit de l’Union la nécessité de parvenir le plus tôt possible à zéro nette émissions de gaz à effet de serre.

    C’est une première, les objectifs 2030 pour le climat (les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique) devront être alignés sur un budget carbone de l’UE et une stratégie climatique et énergétique à long terme qui soit compatible avec les objectifs de Paris. Cela nécessite de transformer en profondeur les principaux secteurs émetteurs – plutôt que de procéder à des améliorations marginales pour atteindre des objectifs à court terme.

    Cet accord apporte beaucoup de nouveautés dans la législation européenne. Il demande une stratégie européenne et complète sur le méthane, dont l’impact climatique est d’autant plus élevé que la période de référence choisie est courte, étant donné sa coute vie dans l’atmosphère. La gouvernance pointe aussi la pauvreté énergétique qui est un enjeu à ne pas sous-estimer. Aujourd’hui, personne dans l’Union européenne ne devrait avoir à choisir entre se chauffer, se rafraîchir ou manger.

    Cette gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique ouvre la voie à la transparence et à la participation des collectivités locales à construire l’avenir énergétique et climatique de leur pays. L’accès aux informations pertinentes via une plateforme européenne en ligne, ainsi qu’un dialogue permanent avec les parties prenantes dans l’élaboration ou la révision de plans vont permettre de tenir les gouvernements responsables de leurs objectifs.

    A la COP24 à Katowice, l’attention va se porter sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Ces éléments de bonne gouvernance sont essentiels pour la crédibilité de l’Union européenne sur la scène internationale. Nous demandons maintenant à la Commission d’apporter une réponse sérieuse et concrète au changement climatique et de mettre en place une stratégie à long terme conforme à la dernière recommandation scientifique relative aux défis soulevés dans le rapport spécial du GIEC sur 1,5 °C. Il n’y a pas de temps à perdre ! »

    Intervention en plénière le 13 novembre 2018:

    La gouvernance de l’Union de l’énergie est un bel exemple de réussite européenne:

    Vidéo Europarl TV:

    Réaction de Michèle Rivasi sur la Stratégie climat 2050 de la Commission européenne:

    Articles similaires :

Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives