A A

Le débat s’ouvre sur la qualité de l’air au Parlement européen

Euractiv
22/01/2015 – 10:27

La directive PEN a failli être supprimée. Mercredi, les eurodéputés ont débattu sur les plafonds d’émissions.

Le 21 janvier, les eurodéputés ont débattu des règles concernant la qualité de l’air, qui ont échappé de justesse au grand ménage lancé par la Commission Juncker sur son programme de travail pour l’année 2015.
La directive sur les plafonds d’émission nationaux (PEN) fixe des limites d’émissions de certains polluants par États. Elle faisait partie de la série de projets que Frans Timmermans comptait abandonner afin de resserrer le programme de travail de la Commission pour l’année 2015 autour d’un nombre réduit de priorités.
Frans Timmermans a finalement décidé de ne pas supprimer la directive PEN. La directive sur le plafond d’émission national sera néanmoins modifiée afin d’avoir plus de chances d’être approuvée par le Conseil des ministres et le Parlement, a déclaré Frans Timmermans en décembre. Il a également promis que le calendrier législatif serait respecté.
Le débat de la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie du 21 janvier est le premier signe de la reprise normale du calendrier législatif. Adam Gierek, eurodéputé S&D, se fondera sur ce débat pour rédiger une opinion, que l’eurodéputée en responsable du dossier, Julie Girling (CRE), pourra suivre ou non librement.

Une indication de la position du Parlement

Pour l’heure, les différents groupes politiques restent très divisés sur la proposition de directive. Henna Virkkunen, eurodéputée finlandaise du PPE, estime qu’il n’était pas nécessaire de garder le texte. « Je trouve que l’idée de départ de la Commission était meilleure. La directive aurait dû être abandonnée et nous nous serions penchés ensemble sur la manière d’harmoniser 23 textes législatifs [environnementaux] différents. Nous devons nous assurer que cette directive ne crée pas davantage d’entraves pour l’industrie, elle en a déjà assez comme ça », ajoute-t-elle.
Adam Gierek a supprimé un plafond d’émissions non-contraignant pour 2025 de son projet d’opinion. Ce plafond avait plusieurs niveaux, en fonction du polluant et de l’État membre.
La proposition de la Commission comprenait, elle, des objectifs pour 2030 et des objectifs intermédiaires contraignants à mi-parcours. Ces délais étaient une version allégée de la proposition initiale, qui prévoyait la réalisation des objectifs pour 2025, une date déjà reportée par l’ancienne Commission.
Pour Louise Duprez, responsable de politiques liées à la pollution atmosphérique au Bureau européen de l’environnement, « puisque l’engagement environnemental de la nouvelle Commission est pour le moins discutable, il revient aux eurodéputés et aux États membres de montrer leur détermination et leur volonté d’offrir de l’air propre aux citoyens européens. Il est essentiel de fixer des objectifs contraignants pour 2020 ou 2025 si l’on veut atteindre notre objectif pour 2030. »

Michèle Rivasi, eurodéputée française des Verts, soutient également une obligation à mi-parcours. « Cette directive doit être plus ambitieuse », tranche-t-elle. « 2030, c’est bien trop tard. »

Un avis que tous ne partagent pas : des objectifs contraignants pour 2025 pourraient pousser le Conseil à rejeter la proposition, prévient pour sa part Henna Virkkunen.

Inclusion de l’agriculture

L’opinion d’Adam Gierek souligne également que les émissions d’ammoniac et de méthane, générées par l’agriculture, ne devraient pas être comprises dans les règles sur la pollution de l’air.

« Nous devons inclure l’agriculture, et non l’exclure », contredit Michèle Rivasi, rejointe sur ce point par Dario Tamburrano : « laissez-moi vous rappeler que les vaches polluent plus que les Range Rovers, nous ne devrions pas l’oublier », a-t-il déclaré.

C’est la première fois que la Commission propose de limiter les émissions d’ammoniac et de méthane. Les défenseurs de la directive PEN s’attendent à voir le secteur agricole user de tout son poids pour tenter de supprimer cette partie du paquet.

Adam Gierek estime que l’instauration de plafond des émissions est obsolète, par exemple parce qu’il y a trop de voitures au diesel en Europe. Les représentants de la Commission ont affirmé qu’une proposition distincte sur le diesel était en préparation et serait « probablement bientôt présentée ».

Le rapport de Julie Girling, qui s’est battue pour sauver le projet de directive, est attendu pour mi-février. Frans Timmermans lui a annoncé que la directive PEN serait adaptée aux objectifs climat et énergie pour 2030 sur lesquels les dirigeants européens se sont mis d’accord en octobre.

Économie circulaire

Autre texte à l’agenda parlementaire, le paquet sur l’économie circulaire, que Frans Timmermans a décidé d’abandonner afin que la Commission fasse une nouvelle proposition sur les mêmes sujets d’ici fin 2015.

Le vice-président a promis que cette nouvelle proposition serait « plus ambitieuse », sans convaincre ses détracteurs, qui le soupçonnent d’utiliser l’excuse d’une « meilleure législation » pour défendre les intérêts des grandes entreprises.

Ces soupçons se sont cristallisés après les révélations d’EurActiv concernant une liste de projets à supprimer envoyée à Frans Timmermans par le lobby des entreprises, BusinessEurope. Les projets de loi visés concernaient avant tout l’environnement et l’égalité des sexes.

Comme le Parlement, le Conseil des ministres a indiqué son soutien au paquet sur l’économie circulaire.

​Les parlementaires européens de la commission de l’environnement devraient d’ailleurs tenir dès le 22 janvier une audition sur l’abandon très controversé du paquet sur l’économie circulaire par la Commission européenne. Ce paquet législatif comprenait des lois sur les déchets, l’incinération et le recyclage.

Lors d’une réunion de la commission de l’environnement, le 21 janvier, il est apparu que nombre d’eurodéputés déploraient cette décision. Cette constatation ne suffira toutefois pas à faire changer d’avis Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne, surtout après que le Parlement a échoué à faire passer une résolution censée sauver le paquet sur l’économie circulaire la semaine dernière.

Prochaines étapes:

•21 janvier 2015 : Réunion de la commission de l’environnement.
•Février 2015 : Date prévue pour la publication du rapport de l’eurodéputée Julie Girling sur la directive PEN.

Articles similaires :

Tags: ,

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Dernière vidéo :
  • Communiqué de presse – Strasbourg, 13 novembre 2018

    Avec son objectif d’atteindre la neutralité nette des gaz à effet de serre (GES) dans la seconde moitié de ce siècle, l’Accord de Paris a été salué comme l’accord sur le climat le plus ambitieux à ce jour. Mais il ne peut être ambitieux et efficace seulement si les politiques suivent. Ce mardi 13 novembre 2018, le Parlement européen a approuvé l’accord sur la gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique (+475/-100/Abst 33).  Il ancre le concept de ‘budget carbone’ à l’horizon 2050 dans la législation de l’UE en soulignant la nécessité de parvenir le plus tôt possible à une économie zéro nette émissions.

    Réaction de Michèle Rivasi, eurodéputée du groupe des Verts/ALE et co-rapporteur sur la gouvernance de l’Union de l’énergie réagit :

     

    « Ce règlement va nous permettre de s’orienter vers l’Accord de Paris. Tous les pays de l’UE devront désormais établir des plans d’action nationaux conformes à l’objectif de l’Accord de Paris, qui est de maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 °C, pour atteindre une température de 1,5 °C. Pour la première fois, nous avons ancré dans le droit de l’Union la nécessité de parvenir le plus tôt possible à zéro nette émissions de gaz à effet de serre.

    C’est une première, les objectifs 2030 pour le climat (les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique) devront être alignés sur un budget carbone de l’UE et une stratégie climatique et énergétique à long terme qui soit compatible avec les objectifs de Paris. Cela nécessite de transformer en profondeur les principaux secteurs émetteurs – plutôt que de procéder à des améliorations marginales pour atteindre des objectifs à court terme.

    Cet accord apporte beaucoup de nouveautés dans la législation européenne. Il demande une stratégie européenne et complète sur le méthane, dont l’impact climatique est d’autant plus élevé que la période de référence choisie est courte, étant donné sa coute vie dans l’atmosphère. La gouvernance pointe aussi la pauvreté énergétique qui est un enjeu à ne pas sous-estimer. Aujourd’hui, personne dans l’Union européenne ne devrait avoir à choisir entre se chauffer, se rafraîchir ou manger.

    Cette gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique ouvre la voie à la transparence et à la participation des collectivités locales à construire l’avenir énergétique et climatique de leur pays. L’accès aux informations pertinentes via une plateforme européenne en ligne, ainsi qu’un dialogue permanent avec les parties prenantes dans l’élaboration ou la révision de plans vont permettre de tenir les gouvernements responsables de leurs objectifs.

    A la COP24 à Katowice, l’attention va se porter sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Ces éléments de bonne gouvernance sont essentiels pour la crédibilité de l’Union européenne sur la scène internationale. Nous demandons maintenant à la Commission d’apporter une réponse sérieuse et concrète au changement climatique et de mettre en place une stratégie à long terme conforme à la dernière recommandation scientifique relative aux défis soulevés dans le rapport spécial du GIEC sur 1,5 °C. Il n’y a pas de temps à perdre ! »

    Intervention en plénière le 13 novembre 2018:

    La gouvernance de l’Union de l’énergie est un bel exemple de réussite européenne:

    Vidéo Europarl TV:

    Réaction de Michèle Rivasi sur la Stratégie climat 2050 de la Commission européenne:

    Articles similaires :

Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives