A A

Pédophilie : Appel citoyen pour une campagne de prévention en France

Une soixantaine de politiques et de personnalités interpellent plusieurs ministres afin que le gouvernement d’Edouard Philippe renforce la lutte contre la pédophilie.

Appel citoyen pour le lancement d’une campagne nationale de prévention contre la pédophilie à l’attention de M. Edouard Philippe, Premier ministre, Mme Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, Mme Roxana Maracineanu, ministre des Sports, M. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse

La population victime de viols ou de tentatives de viols avant 18 ans en France est estimée aujourd’hui à 4 millions de personnes, au minimum. Soit 6 % de la population, 3 millions de femmes et 1 million d’hommes. Cela signifie que dans chaque classe de trente élèves, quasiment deux enfants en seront victimes avant l’âge de 18 ans. Que faisons-nous pour les protéger ?

La circulation a été réduite à 80 km/h et des radars ont été installés sur toutes les routes de France pour prévenir les accidents de la route, qui font 3 500 morts par an. Des images choquantes sont imprimées sur tous les paquets de cigarettes pour sensibiliser les fumeurs aux dangers du tabagisme, qui tue 66 000 personnes par an. La vente d’alcool est interdite aux mineurs et des campagnes d’information avertissent de ses dangers. L’alcool tue 50 000 personnes par an. Des messages alertent sur les dangers de manger gras, salé ou sucré lors de chaque publicité qui encourage à la consommation de produits alimentaires déséquilibrés.

Que faisons-nous pour protéger les enfants victimes de violences sexuelles, dont l’inceste constitue la plus grande partie ?

Mesdames et messieurs les Ministres, nous avons besoin de vous. Nous vous demandons de lancer au plus vite une grande campagne nationale de prévention contre la pédophilie : affichage urbain, spots télévisés, information dans les établissements scolaires, dans les clubs sportifs et auprès de toutes les associations qui encadrent des enfants, formation des infirmières et des médecins. renforcement du 119, le numéro d’appel gratuit où chaque enfant peut joindre un conseiller. Le 119 manque de moyens et a besoin de mieux former les écoutants.

Dans un contexte où les citoyens peinent à faire confiance aux responsables politiques et à leurs facultés d’agir, nous mettons pourtant tous nos espoirs en vous. Nous savons qu’une volonté commune de vos trois ministères aurait le pouvoir de protéger rapidement un nombre incalculable d’enfants.

Au nom de ces deux enfants qui, dans chaque classe de France, ont déjà été ou seront victimes d’agression sexuelle si nous continuons à ne rien faire, nous vous implorons d’agir.

Notre tribune parue dans Libération
https://www.liberation.fr/debats/2018/11/19/pedophilie-appel-citoyen-pour-une-campagne-de-prevention-en-france_1692934
Liste des signataires au 20 novembre 2018 :
Eric Alauzet, député (LREM) ; Christophe Alévêque, humoriste ; Amir, chanteur ; Isabelle Aubry, présidente de l’Association internationale des victimes de l’inceste ; Isabelle Autissier, navigatrice et présidente du WWF France ; Juliette Binoche, actrice ; Adélaïde Bon, autrice ; Matthieu Boogaerts, auteur, compositeur et interprète ; Corinne Bouchoux, ex-sénatrice (EE-LV) ; Irina Brook, actrice et metteuse en scène ; Isabelle Carré, actrice ; Emma de Caunes, actrice et animatrice ; Anne Charrier, actrice ; Clovis Cornillac, acteur ; Camille Cottin, actrice ; Michèle Créoff, vice-présidente du Conseil national de la protection de l’enfance ; Pauline Croze, chanteuse ; Marianne Denicourt, actrice ; Frédéric Diefenthal, acteur ; Vincent Delerm, auteur, compositeur et interprète ; Marie Drucker, journaliste, réalisatrice et animatrice ; Sokhna Fall, vice-présidente de l’association Mémoire traumatique et victimologie ; Aude Fiévet, psychosociologue et écoutante de victimes d’inceste et pédocriminalité ; Flavie Flament, animatrice ; Frah, chanteur ; Charlotte Gainsbourg, actrice et chanteuse ; La Grande Sophie, chanteuse ; Pascal Greggory, acteur ; Anouk Grinberg, actrice ; Eric Guéret, documentariste ; Gwendoline Hamon, actrice ; Catherine Jacob, actrice ; Yannick Jadot, député européen (EE-LV) ; Agnès Jaoui, actrice et réalisatrice ; Keen’V, chanteur ; Angélique Kidjo, chanteuse ; Mié Kohiyama, journaliste et présidente de l’association Moi aussi amnésie ; Françoise Laborde, journaliste ; Sarah Lavoine, designer et décoratrice ; Gilles Lazimi, membre du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes ; Patrice Leconte, réalisateur ; Anne-Marie Lemoigne, vice-présidente de l’association le Monde à travers un regard ; Luce, Chanteuse ; Macha Makeïeff, metteuse en scène ; Rebecca Manzoni, journaliste ; Tonie Marshall, actrice et réalisatrice ; Elizabeth Martichoux, journaliste ; Sophie Marinopoulos, psychanaliste et présidente de la Fédération nationale pour la prévention et promotion de la santé psychique ; Diariata N’Diaye, fondatrice de l’association Resonantes ; Serge Orru, conseiller auprès de la maire de Paris ; Maud Petit, députée (Modem) ; Emmanuelle Piet, présidente du Collectif féministe contre le viol (CFCV) ; Caroline Proust, actrice ; Marie Rabatel, présidente de l’Association francophone de femmes autistes ; Michèle Rivasi, députée Européenne (EE-LV) ; Muriel Salmona, psychiatre et présidente de l’association Mémoire traumatique et victimologie ; Albin de la Simone, chanteur ; Homayra Sellier, présidente de l’association Innocence en danger ; Guillaume Sentou, humoriste ; Tal, chanteuse ; Sébastien Thiéry, acteur et dramaturge ; Alexandre Tharaud, pianiste ; Didier Varrod, journaliste et animateur ; Vegedream, chanteur ; Anne Lucie Viscardi, fondatrice de la Génération qui parle

Articles similaires :

Tags: ,

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Dernière vidéo :
  • Communiqué de presse – Strasbourg, 13 novembre 2018

    Avec son objectif d’atteindre la neutralité nette des gaz à effet de serre (GES) dans la seconde moitié de ce siècle, l’Accord de Paris a été salué comme l’accord sur le climat le plus ambitieux à ce jour. Mais il ne peut être ambitieux et efficace seulement si les politiques suivent. Ce mardi 13 novembre 2018, le Parlement européen a approuvé l’accord sur la gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique (+475/-100/Abst 33).  Il ancre le concept de ‘budget carbone’ à l’horizon 2050 dans la législation de l’UE en soulignant la nécessité de parvenir le plus tôt possible à une économie zéro nette émissions.

    Réaction de Michèle Rivasi, eurodéputée du groupe des Verts/ALE et co-rapporteur sur la gouvernance de l’Union de l’énergie réagit :

     

    « Ce règlement va nous permettre de s’orienter vers l’Accord de Paris. Tous les pays de l’UE devront désormais établir des plans d’action nationaux conformes à l’objectif de l’Accord de Paris, qui est de maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 °C, pour atteindre une température de 1,5 °C. Pour la première fois, nous avons ancré dans le droit de l’Union la nécessité de parvenir le plus tôt possible à zéro nette émissions de gaz à effet de serre.

    C’est une première, les objectifs 2030 pour le climat (les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique) devront être alignés sur un budget carbone de l’UE et une stratégie climatique et énergétique à long terme qui soit compatible avec les objectifs de Paris. Cela nécessite de transformer en profondeur les principaux secteurs émetteurs – plutôt que de procéder à des améliorations marginales pour atteindre des objectifs à court terme.

    Cet accord apporte beaucoup de nouveautés dans la législation européenne. Il demande une stratégie européenne et complète sur le méthane, dont l’impact climatique est d’autant plus élevé que la période de référence choisie est courte, étant donné sa coute vie dans l’atmosphère. La gouvernance pointe aussi la pauvreté énergétique qui est un enjeu à ne pas sous-estimer. Aujourd’hui, personne dans l’Union européenne ne devrait avoir à choisir entre se chauffer, se rafraîchir ou manger.

    Cette gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique ouvre la voie à la transparence et à la participation des collectivités locales à construire l’avenir énergétique et climatique de leur pays. L’accès aux informations pertinentes via une plateforme européenne en ligne, ainsi qu’un dialogue permanent avec les parties prenantes dans l’élaboration ou la révision de plans vont permettre de tenir les gouvernements responsables de leurs objectifs.

    A la COP24 à Katowice, l’attention va se porter sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Ces éléments de bonne gouvernance sont essentiels pour la crédibilité de l’Union européenne sur la scène internationale. Nous demandons maintenant à la Commission d’apporter une réponse sérieuse et concrète au changement climatique et de mettre en place une stratégie à long terme conforme à la dernière recommandation scientifique relative aux défis soulevés dans le rapport spécial du GIEC sur 1,5 °C. Il n’y a pas de temps à perdre ! »

    Intervention en plénière le 13 novembre 2018:

    La gouvernance de l’Union de l’énergie est un bel exemple de réussite européenne:

    Vidéo Europarl TV:

    Réaction de Michèle Rivasi sur la Stratégie climat 2050 de la Commission européenne:

    Articles similaires :

Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives