A A

Gaz de schiste : Les eurodéputés Verts organisent une mobilisation européenne

Ce jeudi 14 avril 2001, Michèle RIVASI, José BOVE, Reinhard BÜTIKOFER, et Bas EICKHOUT, eurodéputés du Groupe des Verts/ALE ainsi que des représentants des ONG et des associations locales se sont réunis afin de débattre de façon très précise des problèmes liés au gaz de schiste à l’échelle européenne.

Dans un certain nombre d’Etats membres dont la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique, la Suède et la Pologne, des initiatives citoyennes contestant l’exploration du gaz de schiste ont vu le jour. Ces initiatives mobilisent un nombre croissant de citoyens soucieux des conséquences pour la santé et l’environnement en Europe.

C’est pour cette raison que les Verts au Parlement européen ont décidé de convier ces collectifs au Parlement, afin de leur permettre de rencontrer et d’échanger avec des représentants de la Commission européenne (DG Environnement et DG Energie), compétents sur les questions relatives aux gaz de schiste, ainsi qu’un hydrogéologue  et un spécialiste des gaz à effets de serre.

Cette rencontre européenne visait à évaluer d’une part les véritables conséquences du développement et de l’utilisation de ces nouvelles énergies fossiles et d’autre part à démontrer que ces pratiques risquent d’aller à l’encontre de la directive européenne sur l’eau. Il faut souligner que la production de gaz de schiste nécessite une quantité conséquente d’eau pour la fracturation ainsi que toute une série de produits chimiques dont certains sont extrêmement nocifs pour les sols et la santé publique.

A l’issue de cette réunion, les eurodéputés ainsi que les participants ont décidé d’adresser une lettre à trois Commissaires européens (voir la lettre ci dessous en anglais) afin de leur demander:

  • Qu’un débat soit organisé, au niveau européen, sur le gaz de schiste avec toutes les parties prenantes, y compris des représentants de la société civile. Ceci avant l’été 2011.
  • De garantir que l’Agence Européenne des Produits Chimiques ait accès à l’ensemble des informations concernant les produits chimiques sensés être utilisés lors de la fracturation hydraulique afin qu’elle puisse analyser cette information et en informer le public.
  • Qu’une étude d’impact environnementale soit réalisée sur l’empreinte écologique et sur les gaz à effet de serre (directs ou indirects) qui découlent de ces activités.
  • De soutenir la demande de moratoire récemment introduite par le « Tyndall Centre for Climate Change Research » tant que l’Agence de protection de l’environnement des Etats Unis n’a pas plus publié son rapport sur les impacts environnementaux du gaz de schiste.

Crédit photo : Image courtesy of SCANPIX/AP Photo/Douglas C. Pizac

Brussels, 14 April 2011

Dear Commissioner Oettinger,

Dear Commissioner Potočnik,

Dear Commissioner Hedegaard,

We, the undersigned Members of the European Parliament and participants of a meeting on shale gas / unconventional gas issues that took place in the European Parliament on 13 and 14 April 2011, would like to convey to you our grave concerns regarding these matters.

We are from seven European Member States where public discussions on fossil hydrocarbon / shale gas / unconventional gas may yet differ somewhat.

But we share many sceptical and critical perceptions concerning these matters. And we are involved in making civic opposition to the shale gas experiment in our countries and EU-wide.

In your responsibility as EU Commissioners you have to deal with shale gas / unconventional gas issues. Therefore, we want to address you with four points of concern, on which we want to ask you to act:

We ask you to institutionalise a regular shale gas / unconventional gas dialogue with civic and NGO representatives as soon as possible, hopefully starting before the summer break.

We ask you to publicly support the moratorium demand made recently by the Tyndall Centre for Climate Change Research for as long as the United States Environmental Protection Agency’s study on environmental impacts of shale gas drilling have not been published and evaluated.

We ask you to guarantee that the European Chemical Agency gets complete information about the chemicals actually used or foreseen to be used in hydraulic fracturing from the companies involved, as well as the chemicals in the rocks to be fractured, so that they can analyse that information and make the findings available to the public.

We ask you to produce a greenhouse gas emissions (direct and indirect) impact assessment of shale gas drilling and to publish a calculation of its carbon footprint.

We would be glad to hear back from you at your earliest convenience.

Articles similaires :

Tags: , , ,

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Dernière vidéo :
  • Communiqué de presse – Strasbourg, 13 novembre 2018

    Avec son objectif d’atteindre la neutralité nette des gaz à effet de serre (GES) dans la seconde moitié de ce siècle, l’Accord de Paris a été salué comme l’accord sur le climat le plus ambitieux à ce jour. Mais il ne peut être ambitieux et efficace seulement si les politiques suivent. Ce mardi 13 novembre 2018, le Parlement européen a approuvé l’accord sur la gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique (+475/-100/Abst 33).  Il ancre le concept de ‘budget carbone’ à l’horizon 2050 dans la législation de l’UE en soulignant la nécessité de parvenir le plus tôt possible à une économie zéro nette émissions.

    Réaction de Michèle Rivasi, eurodéputée du groupe des Verts/ALE et co-rapporteur sur la gouvernance de l’Union de l’énergie réagit :

     

    « Ce règlement va nous permettre de s’orienter vers l’Accord de Paris. Tous les pays de l’UE devront désormais établir des plans d’action nationaux conformes à l’objectif de l’Accord de Paris, qui est de maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 °C, pour atteindre une température de 1,5 °C. Pour la première fois, nous avons ancré dans le droit de l’Union la nécessité de parvenir le plus tôt possible à zéro nette émissions de gaz à effet de serre.

    C’est une première, les objectifs 2030 pour le climat (les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique) devront être alignés sur un budget carbone de l’UE et une stratégie climatique et énergétique à long terme qui soit compatible avec les objectifs de Paris. Cela nécessite de transformer en profondeur les principaux secteurs émetteurs – plutôt que de procéder à des améliorations marginales pour atteindre des objectifs à court terme.

    Cet accord apporte beaucoup de nouveautés dans la législation européenne. Il demande une stratégie européenne et complète sur le méthane, dont l’impact climatique est d’autant plus élevé que la période de référence choisie est courte, étant donné sa coute vie dans l’atmosphère. La gouvernance pointe aussi la pauvreté énergétique qui est un enjeu à ne pas sous-estimer. Aujourd’hui, personne dans l’Union européenne ne devrait avoir à choisir entre se chauffer, se rafraîchir ou manger.

    Cette gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique ouvre la voie à la transparence et à la participation des collectivités locales à construire l’avenir énergétique et climatique de leur pays. L’accès aux informations pertinentes via une plateforme européenne en ligne, ainsi qu’un dialogue permanent avec les parties prenantes dans l’élaboration ou la révision de plans vont permettre de tenir les gouvernements responsables de leurs objectifs.

    A la COP24 à Katowice, l’attention va se porter sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Ces éléments de bonne gouvernance sont essentiels pour la crédibilité de l’Union européenne sur la scène internationale. Nous demandons maintenant à la Commission d’apporter une réponse sérieuse et concrète au changement climatique et de mettre en place une stratégie à long terme conforme à la dernière recommandation scientifique relative aux défis soulevés dans le rapport spécial du GIEC sur 1,5 °C. Il n’y a pas de temps à perdre ! »

    Intervention en plénière le 13 novembre 2018:

    La gouvernance de l’Union de l’énergie est un bel exemple de réussite européenne:

    Vidéo Europarl TV:

    Réaction de Michèle Rivasi sur la Stratégie climat 2050 de la Commission européenne:

    Articles similaires :

Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives