A A

CONFERENCE -ENVIRONNEMENT ET SANTE DES PERSONNES VIVANT AUTOUR DE LA ZONE D’EXCLUSION DE TCHERNOBYL

DÉVELOPPEMENT, FORMATION ET COORDINATION DE

PROJETS RELATIFS À LA SANTÉ POUR LA PROTECTION DES PERSONNES VIVANT AUTOUR DE

LA ZONE D’EXCLUSION DE TCHERNOBYL

organisée par Michèle RIVASI, députée européenne du Groupe des Verts

Parlement européen, Bruxelles, ASP 1H1

le mardi 27 Juin 2017, 9h00-11h30

 PROGRAMME: Programme

Cette conférence sera l’occasion de connaitre les résultats d’un projet unique de l’Union européenne développé en Ukraine. Ce projet intitulé « Programmes Santé et environnement autour de la zone d’exclusion de Tchernobyl. Developpement, formation et coordination des projets de santé pour la protection des personnes résidant autour de la zone d’exclusion de Tchernobyl » a débuté en 2013. L’objectif général du projet est de soutenir les mesures prises par les populations du district d’Ivankiv touchées par les retombées radioactives de l’accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl, afin d’améliorer leur qualité de vie en générale.

Je suis ravie d’organiser cette conférence au Parlement européen pour recevoir les résultats de trois années de recherches sur la santé et l’environnement des populations vivant autour de la zone d’exclusion de Tchernobyl. Ce projet européen est le fruit de collaborations uniques entre les forces du Parlement européen et la Commission européenne. Il est important que les fonds européens ne se limitent pas seulement au béton, mais qu’ils se concentrent également sur les populations, leur santé et leur environnement « , Michèle Rivasi , eurodéputée du Parlement européen.

S’enregistrer: https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeiwCEPmDU7XcHUoIMfHSpIR9wakNQeoCft5vDoMRoYaBAlOA/viewform

PROGRAMME

9h00 : INTRODUCTION

par Michèle Rivasi, Vice-Présidente, et Philippe Lamberts, Président du Groupe des Verts

 

9h15 : « L’amélioration des mesures diagnostiques et thérapeutiques pour les enfants et la population adulte du district d’Ivankov, au moyen des équipements médicaux modernes fournis par l’Union européenne dans le cadre du projet »

Dr Oksana KADUN, Chief doctor Ivankiv Central Hospital.

9h30 : « Le laboratoire d’analyse radiométrique et spectrométrique à l’hôpital d’Ivankov, et son rôle dans l’évaluation des effets du facteur radioactif sur la population des territoires d’Ivankov et de Poliskie ».

Pr Yuri BANDAZHEVSKI, Head of the Board of Coordinating and Analytical Center Ecology and Health, Ivankiv.

 

9h45 : « La surveillance de la radioactivité et l’état de santé des enfants et des territoires d’Ivankov et de Poliskie, les résultats et les orientations fondamentales des mesures de prévention du cancer et des maladies cardiovasculaires.

Pr Yuri BANDAZHEVSKI, Head of the Board of Coordinating and Analytical Center Ecology and Health, Ivankiv.

 

10h00 : « Le centre moderne de santé maternelle et infantile – un outil important pour protéger la santé publique des territoires d’Ivankov et de Poliskie ».

Dr Mykola MELNYCHUK, Director of the Mother and Child Protection Center Ivankiv Central Hospital.

 

10h15 : « Le centre d’information et de consultation sur l’hygiène alimentaire à l’hôpital d’Ivankov – le lien principal dans la prévention des maladies liées à l’exposition la radioacivité » Dr Nataliia DUBOVA, associate professor of food hygiene and health of children and adolescents National Medical Academy of Postgraduate Education named after P. L. Shupyk Ministry of Health of Ukraine.

 

10h30 : «Projets de santé et écologiques autour de la zone d’exclusion de Tchernobyl»

Mr Pasal Daures, Commission européenne.

 

10h45 – 11h15 : retour du Parlement européen

Rebecca Harms, membre du Parlement européen, Allemagne

Molly Scott Cato, membre du Parlement européen, Royaumes-Unis

 

11h15 : CONCLUSIONS

 « Les étapes futures du projet » – Pr Youri Bandazhevski

« Observations finales » par Michèle Rivasi

Articles similaires :

Tags: , , , ,

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Dernière vidéo :
  • Communiqué de presse – Strasbourg, 13 novembre 2018

    Avec son objectif d’atteindre la neutralité nette des gaz à effet de serre (GES) dans la seconde moitié de ce siècle, l’Accord de Paris a été salué comme l’accord sur le climat le plus ambitieux à ce jour. Mais il ne peut être ambitieux et efficace seulement si les politiques suivent. Ce mardi 13 novembre 2018, le Parlement européen a approuvé l’accord sur la gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique (+475/-100/Abst 33).  Il ancre le concept de ‘budget carbone’ à l’horizon 2050 dans la législation de l’UE en soulignant la nécessité de parvenir le plus tôt possible à une économie zéro nette émissions.

    Réaction de Michèle Rivasi, eurodéputée du groupe des Verts/ALE et co-rapporteur sur la gouvernance de l’Union de l’énergie réagit :

     

    « Ce règlement va nous permettre de s’orienter vers l’Accord de Paris. Tous les pays de l’UE devront désormais établir des plans d’action nationaux conformes à l’objectif de l’Accord de Paris, qui est de maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 °C, pour atteindre une température de 1,5 °C. Pour la première fois, nous avons ancré dans le droit de l’Union la nécessité de parvenir le plus tôt possible à zéro nette émissions de gaz à effet de serre.

    C’est une première, les objectifs 2030 pour le climat (les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique) devront être alignés sur un budget carbone de l’UE et une stratégie climatique et énergétique à long terme qui soit compatible avec les objectifs de Paris. Cela nécessite de transformer en profondeur les principaux secteurs émetteurs – plutôt que de procéder à des améliorations marginales pour atteindre des objectifs à court terme.

    Cet accord apporte beaucoup de nouveautés dans la législation européenne. Il demande une stratégie européenne et complète sur le méthane, dont l’impact climatique est d’autant plus élevé que la période de référence choisie est courte, étant donné sa coute vie dans l’atmosphère. La gouvernance pointe aussi la pauvreté énergétique qui est un enjeu à ne pas sous-estimer. Aujourd’hui, personne dans l’Union européenne ne devrait avoir à choisir entre se chauffer, se rafraîchir ou manger.

    Cette gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique ouvre la voie à la transparence et à la participation des collectivités locales à construire l’avenir énergétique et climatique de leur pays. L’accès aux informations pertinentes via une plateforme européenne en ligne, ainsi qu’un dialogue permanent avec les parties prenantes dans l’élaboration ou la révision de plans vont permettre de tenir les gouvernements responsables de leurs objectifs.

    A la COP24 à Katowice, l’attention va se porter sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Ces éléments de bonne gouvernance sont essentiels pour la crédibilité de l’Union européenne sur la scène internationale. Nous demandons maintenant à la Commission d’apporter une réponse sérieuse et concrète au changement climatique et de mettre en place une stratégie à long terme conforme à la dernière recommandation scientifique relative aux défis soulevés dans le rapport spécial du GIEC sur 1,5 °C. Il n’y a pas de temps à perdre ! »

    Intervention en plénière le 13 novembre 2018:

    La gouvernance de l’Union de l’énergie est un bel exemple de réussite européenne:

    Vidéo Europarl TV:

    Réaction de Michèle Rivasi sur la Stratégie climat 2050 de la Commission européenne:

    Articles similaires :

Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives