A A

Assises de l’Ecologie Politique : la fondation d’un mouvement historique !

17 Nov 2010

A la Une, Communiqués, Medias

 Réunis en Congrès à Lyon pour les Assises de l’Ecologie Politique samedi 13 Novembre, les Verts et Europe Ecologie ont officialisé leur union dans un nouveau mouvement de l’écologie politique, Europe Ecologie – Les Verts.

Tête de liste Europe Ecologie dans le Grand Sud pour les élections européennes de juin 2009, Michèle Rivasi a participé à la genèse du rassemblement des écologistes. Elle revient sur la création du mouvement unifié de l’écologie politique :  » Pendant des années on a raillé la divisions des Verts malgré un travail de fond indéniable. Après la présidentielle de 2007 on s’est dit que ce n’était plus possible. Il fallait un nouveau souffle, une nouvelle envie. Ce nouveau souffle, ce fut Europe Ecologie ».

Michèle Rivasi précise :  » Ce qui a fait notre succès c’est la méthode. A une classe politique reniée par les français, nous avons proposé des personnalités ancrées dans la société, venant de tous les horizons mais réunis sur un même projet, celui de l’écologie politique. Nous devons et nous allons garder ce même esprit d’ouverture et d’interaction entre le politique et les citoyens ».

Près de deux ans après le début du rassemblement et 9 mois de structuration, la députée européenne se réjouit de l’émergence  » d’un nouveau type de parti politique. »  » Notre démocratie est malade des épreuves de forces permanentes qui ont altéré les légitimités et fait disparaitre la confiance. La prophétie de Tocqueville d’une société déliée où chacun ne vit que pour lui même sans la moindre vision du vivre ensemble et de l’avenir semble se réaliser plus chaque jour. Les citoyens ne croient plus en la politique car ils n’ont plus confiance en elle. C’est cette confiance que notre mouvement entend restaurer« .

« Europe Ecologie/Les Verts prévoit des modalités d’adhésions différenciées pour que chacun puisse s’engager comme il l’entend. Le statut de coopérateur permet par exemple de participer ponctuellement ou sur des thématiques précises tout en faisant partie intégrante du mouvement. Nous ne voulons pas faire de la politique « hors sol ». Nous voulons rester ancrer dans la société civile et le mouvement social ».

La fondatrice de la CRIRAAD, spécialiste des questions de santé-environnement ajoute :  » Avec le rassemblement des écologistes nous avons atteint la maturité politique. C’est une première étape historique qui en appelle une seconde, celle de la conviction et du rassemblement des Français. Nous devons nous épargner l’écueil d’une bulle médiatique aux lendemains qui déchantent. L’heure est donc à la construction d’un mouvement solide, capable de susciter un espoir massif en une alternative crédible au malaise de notre société ».

 

Vous pouvez dès maintenant devenir adhérent ou coopérateur en vous rendant sur le site d’Europe Ecologie-Les Verts :   

www.eelv.fr

 

 

Articles similaires :

Tags: , ,

One Response to “Assises de l’Ecologie Politique : la fondation d’un mouvement historique !”

  1. En voila une info qu’elle est bonne ! mdr

Leave a Reply

Bienvenue !

Bienvenue sur le site de Michèle Rivasi.


Twitter FaceBook Flux RSS

Rechercher :

Dernière vidéo :
  • Communiqué de presse – Strasbourg, 13 novembre 2018

    Avec son objectif d’atteindre la neutralité nette des gaz à effet de serre (GES) dans la seconde moitié de ce siècle, l’Accord de Paris a été salué comme l’accord sur le climat le plus ambitieux à ce jour. Mais il ne peut être ambitieux et efficace seulement si les politiques suivent. Ce mardi 13 novembre 2018, le Parlement européen a approuvé l’accord sur la gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique (+475/-100/Abst 33).  Il ancre le concept de ‘budget carbone’ à l’horizon 2050 dans la législation de l’UE en soulignant la nécessité de parvenir le plus tôt possible à une économie zéro nette émissions.

    Réaction de Michèle Rivasi, eurodéputée du groupe des Verts/ALE et co-rapporteur sur la gouvernance de l’Union de l’énergie réagit :

     

    « Ce règlement va nous permettre de s’orienter vers l’Accord de Paris. Tous les pays de l’UE devront désormais établir des plans d’action nationaux conformes à l’objectif de l’Accord de Paris, qui est de maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 °C, pour atteindre une température de 1,5 °C. Pour la première fois, nous avons ancré dans le droit de l’Union la nécessité de parvenir le plus tôt possible à zéro nette émissions de gaz à effet de serre.

    C’est une première, les objectifs 2030 pour le climat (les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique) devront être alignés sur un budget carbone de l’UE et une stratégie climatique et énergétique à long terme qui soit compatible avec les objectifs de Paris. Cela nécessite de transformer en profondeur les principaux secteurs émetteurs – plutôt que de procéder à des améliorations marginales pour atteindre des objectifs à court terme.

    Cet accord apporte beaucoup de nouveautés dans la législation européenne. Il demande une stratégie européenne et complète sur le méthane, dont l’impact climatique est d’autant plus élevé que la période de référence choisie est courte, étant donné sa coute vie dans l’atmosphère. La gouvernance pointe aussi la pauvreté énergétique qui est un enjeu à ne pas sous-estimer. Aujourd’hui, personne dans l’Union européenne ne devrait avoir à choisir entre se chauffer, se rafraîchir ou manger.

    Cette gouvernance de l’Union de l’énergie et de l’action climatique ouvre la voie à la transparence et à la participation des collectivités locales à construire l’avenir énergétique et climatique de leur pays. L’accès aux informations pertinentes via une plateforme européenne en ligne, ainsi qu’un dialogue permanent avec les parties prenantes dans l’élaboration ou la révision de plans vont permettre de tenir les gouvernements responsables de leurs objectifs.

    A la COP24 à Katowice, l’attention va se porter sur la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Ces éléments de bonne gouvernance sont essentiels pour la crédibilité de l’Union européenne sur la scène internationale. Nous demandons maintenant à la Commission d’apporter une réponse sérieuse et concrète au changement climatique et de mettre en place une stratégie à long terme conforme à la dernière recommandation scientifique relative aux défis soulevés dans le rapport spécial du GIEC sur 1,5 °C. Il n’y a pas de temps à perdre ! »

    Intervention en plénière le 13 novembre 2018:

    La gouvernance de l’Union de l’énergie est un bel exemple de réussite européenne:

    Vidéo Europarl TV:

    Réaction de Michèle Rivasi sur la Stratégie climat 2050 de la Commission européenne:

    Articles similaires :

Ad Ad

Suivez-moi sur Facebook!

Associations

Archives